Créé en 1957, le CELSA (École des Hautes Études en Sciences de l’Information et de la Communication) est une école rattachée à l’Université Paris IV-Sorbonne formant des professionnels très recherchés par les entreprises dans les domaines ci-dessous, qui correspondent aux cinq licences, appelées “parcours“ proposés :

  • Entreprises et institutions ;
  • Le Magistère ;
  • Marque ;
  • Médias ;
  • Ressources humaines et conseil.

Les étudiants continuent par deux années d’études supplémentaires. Le diplôme du CELSA est délivré aux étudiants qui obtiennent le Master professionnel.

Avec environ 180 places (sans compter les listes d’attente) ce concours offre une sérieuse opportunité pour les étudiants niveau L2 d’intégrer une Grande École parisienne renommée dans les métiers de la communication. Le CELSA est également une alternative complémentaire aux concours d’admission parallèle en écoles de commerce Bac+2/Bac+3 (HEC, ESCP Europe, EM Lyon, EDHEC, “Tremplin” et “Passerelle”, voir brochure “Admissions parallèles” sur www.ipesup.fr.

Les conditions d’admission au CELSA (en L3)

Le concours d’entrée en troisième année au CELSA est ouvert aux étudiants inscrits en deuxième année d’enseignement supérieur (sous condition de validation des deux années) dans un établissement public ou privé, français ou étranger.

Les étudiants en deuxième année de classe préparatoire aux Grandes Écoles (à condition que cette prépa délivre une équivalence de 120 crédits ECTS) peuvent se présenter au concours du CELSA.

Les étudiants admissibles à l’ENS sont dispensés des épreuves écrites. Les étudiants qui ont suivi en présentiel les enseignements de première et de deuxième année de Licence de certains parcours à l’université Paris-Sorbonne peuvent sous conditions être dispensés des épreuves écrites.

Par ailleurs, ce concours est aussi accessible aux étudiants en troisième année (ou plus) d’enseignement supérieur.

Les épreuves écrites et orales du concours

Le concours se déroule en deux temps. Tout d’abord une phase d’admissibilité sur la base d’une seule épreuve écrite, composée de deux exercices, une réflexion argumentée sur un thème donné et une analyse de document(s). Puis, les candidats déclarés admissibles passent deux épreuves orales d’admission (oral d’anglais et entretien de motivation).
L’ensemble des résultats – écrits et oraux – est transmis au jury d’admission qui arrête, en fonction de la moyenne obtenue et des places disponibles (environ 180 places), la liste des candidats admis, éventuellement complétée par une liste d’attente. Tous les résultats sont proclamés par parcours.

La sélectivité de ce concours est particulièrement élevée avec 400 à 900 candidats pour 20 à 50 places par parcours. Une préparation sérieuse et efficace s’impose plus que jamais.

L’épreuve écrite d’admissibilité

1. Epreuve propre au parcours choisi : réflexion et analyse (coeff. 8 – 4h)

Premier exercice : une réflexion argumentée sur un thème donné (coeff. 4).

Cette partie de l’épreuve vise à mettre en évidence les connaissances et les qualités de réflexion que le candidat est capable de mobiliser autour d’une problématique générale dans le champ de la communication.

La thématique du sujet proposé est commune à l’ensemble des cinq parcours.

Les candidats doivent répondre à la problématique proposée de façon argumentée en produisant une réflexion personnelle. Cette dernière pourra s’appuyer sur la culture du candidat dans les domaines de l’information et de la communication, mais aussi de l’ensemble des sciences humaines et sociales, ainsi que sur sa propre connaissance de l’actualité.

Second exercice : une analyse de document(s) (coef. 4).

A la différence du premier exercice, cette partie de l’épreuve est spécifique à chaque parcours. Elle vise à évaluer les capacités d’analyse du candidat ainsi que l’intérêt qu’il porte aux questions de communication propres à la spécialité dans laquelle il va s’inscrire au CELSA.

Selon les parcours, l’exercice pourra porter sur un ou plusieurs documents qu’il s’agira d’analyser à partir d’un questionnement donné. Ces documents peuvent être de différents types, relativement à chaque spécialité : discours, déclaration, communiqué, publicité, annonce, parmi d’autres exemples possibles…

Pour les deux exercices, les copies sont évaluées en fonction de leur qualité de réflexion, d’analyse, d’argumentation, de la richesse de leur contenu, de la pertinence de leurs références et, bien entendu, de la justesse de l’écriture.

Les épreuves orales d’admission

1. Entretien avec un jury (coeff. 8)

Les jurys sont spécialisés en fonction des parcours. L’entretien a pour objectif d’apprécier la motivation du candidat et l’adéquation de son profil au parcours choisi.

2. Examen oral d’anglais (coeff. 2)

Les candidats écoutent l’enregistrement d’un texte d’actualité extrait de la presse anglo-saxonne (la prise de notes est autorisée). Ils doivent être ensuite capables de le résumer et de répondre aux questions d’un jury anglophone. Cette partie est le plus souvent suivie de questions portant sur le projet professionnel du candidat. Cette épreuve vise à apprécier le niveau de compréhension auditive et l’expression orale des candidats.