Depuis son ouverture le 20 décembre dernier, la plateforme Parcoursup s’est adaptée à la réforme des études de santé (médecine, dentaire, sage-femme, pharmacie et kinésithérapie) voulue par les ministères de la Santé et de l’Enseignement Supérieur. Désormais, un étudiant souhaitant s’orienter vers de telles études aura deux alternatives : le Parcours d’Accès Spécifique Santé (PASS) ou une Licence « Accès santé » (L.AS).

Cette réforme met fin à l’ancienne PACES, première année couperet extrêmement exigeante, encadrée par un numerus clausus n’autorisant qu’environ 15% d’étudiants à passer en deuxième année. Entérinant la fin de la PACES et du numerus clausus, le nouveau système entend diversifier les voies d’accès afin de permettre à différents profils de rejoindre les études de médecine à différents moments de leurs études, tout en supprimant la possibilité de redoubler sa première année. Si l’objectif de cette réforme est de décloisonner les études de médecine en les rapprochant du fonctionnement des autres filières universitaires, une forte sélectivité demeurera. Quelle stratégie adopter pour mettre toutes les chances de réussite de son côté ? Est-il plus intéressant de s’orienter vers le PASS ou vers une L. AS ? Toutes les universités en proposent-elles ? Cet article rappelle les caractéristiques de la réforme et répond à l’ensemble de ces questions.

Les deux nouvelles voies d’accès : le PASS et la L.AS

Les élèves de Terminale découvrent dès cette année dans Parcoursup les deux nouvelles voies d’accès vers les études de médecine.

S’offre d’abord à eux le PASS, proposé uniquement dans les facultés dotées d’une UFR Santé, qui délivre, comme une première année de licence classique, 60 crédits ECTS. Ce nouveau parcours met fin au concours couperet de fin d’année, au profit du contrôle continu. Il comprend une majeure (équivalant, selon le cadre national, à au moins 30 ECTS) dont les matières auront directement trait à la santé et une mineure (au moins 10 ECTS) au choix dans la limite de l’offre de l’université visée. A titre d’exemple, l’Université de Paris (résultant de la fusion de Paris Descartes  et de Paris Diderot) a décidé d’attribuer 48 ECTS à sa majeure santé, et 12 ECTS à une mineure au choix entre quatre : le droit, l’économie-gestion, la santé des populations, et la biologie-physique-chimie. Les matières principales de la majeure santé sont semblables à celles de la PACES ; on retrouve, tantôt en cours magistral, tantôt en enseignements dirigés en petits groupes, les enseignements de chimie-biochimie, de biologie cellulaire-histologie-embryologie, de biophysique-physiologie, d’anatomie, de pharmacologie, de bio-statistiques et de sciences humaines et sociales. S’ajoutent à ce programme, souvent au second semestre de la première année, des enseignements spécifiques consacrés au projet professionnel, à la préparation des potentiels oraux de fin de première année, et à l’anglais.

Si cette première année apparaît au premier abord plus ouverte, la sélectivité demeure très forte, et il ne suffit pas d’obtenir ses ECTS pour pouvoir poursuivre des études de médecine. Même si l’étudiant a validé sa première année, l’université examine à la fin du second semestre les dossiers de toute la promotion, et décide d’un passage direct en deuxième année pour les meilleurs élèves, d’oraux et/ ou d’écrits supplémentaires ou d’une réorientation pour les autres. L’étudiant qui a validé sa première année mais n’a pas réussi à intégrer l’un des parcours santé (Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie, Kinésithérapie) à l’issue de celle-ci ne pourra pas redoubler. Il aura néanmoins la possibilité de s’orienter vers la deuxième année de licence « Accès santé » correspondant à la mineure suivie au cours de son PASS et de retenter sa chance une fois, en deuxième ou en troisième année. Un étudiant qui n’aurait pas validé sa première année ne pourra quant à lui plus se porter candidat aux études de santé.

Les L.AS sont proposées par des universités qui n’offraient jusqu’alors pas de cursus de santé ; leur spécificité est de posséder une mineure Santé (au moins 10 ECTS) qui permettra à l’étudiant de rejoindre, si ses résultats le lui permettent, l’un des parcours santé de son choix, dans la limite de deux tentatives au cours de ses trois premières années d’études (L1, L2 et L3). La majeure peut être choisie par l’élève parmi les choix que propose chaque université (droit, économie, informatique, mathématiques, lettres, etc). A Lyon, l’Institut catholique  propose par exemple une L.AS de Sciences de la vie (biologie et humanités), tandis que les Universités Lumière  et Jean Moulin proposent respectivement des L.AS de droit et de psychologie-sciences cognitives. Comme pour le PASS, un étudiant qui ne valide pas sa première année de L.AS n’aura plus la possibilité de se porter candidat aux études de santé.

Études de médecine

Les universités libres de déterminer leur contingent de places

L’une des caractéristiques majeures de la réforme est la liberté nouvelle accordée aux universités dans l’organisation de ces deux parcours. Elles détermineront désormais, en collaboration avec les Agences Régionales de Santé, le nombre d’étudiants admis par filière. Cela ne signifie toutefois pas que les places seront beaucoup plus nombreuses, puisqu’il n’est pas prévu que les capacités d’accueil des universités se démultiplient. Celles-ci ont, à l’heure actuelle, uniquement communiqué sur le nombre de places associé à chaque parcours pour la première année. L’Université d’Amiens  a choisi de réserver environ 670 places au PASS (600 pour la mineure Sciences, 30 pour la mineure Psychologie, 20 pour la mineure Philosophie et 20 pour la mineure Sciences sociales). A toutes les L.AS confondues, cette université réserve 214 places.  A Marseille, l’Université  réserve 1 500 places au PASS (avec une pléthore de mineures possibles) contre 286 aux L.AS. Ainsi, les pourcentages de places accordées au PASS et aux L.AS peut varier selon les universités : l’Université d’Amiens accorde environ 24% de ses places aux L.AS, contre environ 16% pour l’Université de Marseille. Si la proportion d’étudiants admis en deuxième année venant de chaque parcours n’est pas encore connue, on peut imaginer que celle-ci devrait suivre ces tendances.

Il est enfin important de noter que les universités de Créteil, Caen, Poitiers et Strasbourg ne proposeront pas de PASS en 2020 ; les étudiants devront donc nécessairement porter leur choix vers l’une des L.AS disponibles ou s’orienter vers d’autres universités.

Études de médecine

Études de médecine

 

PASS ou L.AS : sur quels critères choisir sa voie ?

Compte tenu des spécificités de chaque parcours et du nombre de places accordées dans chacun d’entre eux, quelle est la meilleure orientation possible ? Plusieurs critères peuvent éclairer l’étudiant hésitant.

En effet, c’est d’abord son profil et ses aspirations qui seront les bons déterminants de son choix. A un élève ayant un profil scientifique et un projet mûri le destinant avec certitude aux études de médecine, on peut conseiller de s’orienter vers le PASS, qui lui permettra de concentrer l’essentiel de son énergie sur les matières qui lui serviront dans la suite de son parcours. Sa mineure ne sera toutefois pas à négliger, puisqu’en cas d’échec à intégrer la filière de son choix en fin de première année, l’étudiant devra, pour pouvoir retenter sa chance, rejoindre la L.AS correspondant à sa mineure, et y exceller.

Pour un élève encore hésitant sur son projet professionnel, qui envisage des études de médecine, mais aussi d’autres professions, il peut être intéressant d’envisager une L.AS. Cette licence lui permettrait de conserver un parcours très ouvert lui laissant le temps de mûrir son projet personnel, médical ou plus en lien avec sa majeure. Opter pour une licence spécialisée dans une matière dans laquelle on excelle (par exemple mathématiques, anglais, économie) peut en outre être judicieux : les places autorisant l’accès aux filières de santé sont peu nombreuses, mais un étudiant particulièrement brillant dans sa matière, même s’il a peu étudié les sciences au lycée, peut avoir plus de chances de s’y distinguer qu’en PASS où toute la promotion se trouve face à de nombreuses matières nouvelles qui s’appuient souvent sur de solides pré-requis en sciences.

La personnalité propre à chaque élève est également à prendre en considération. Les universités signalent que pour réussir son PASS, il faut être doté de bonnes capacités de mémorisation, d’une grande puissance de travail (le travail personnel journalier d’un étudiant en première année de médecine est estimé à six à dix heures, y compris les week-ends), et d’une certaine résistance à la pression. En L.AS, celle-ci sera peut-être moins palpable, mais la sélectivité demeurera très importante. Il faudra donc que l’étudiant soit capable de beaucoup s’investir dans la majeure choisie, sans bien sûr délaisser sa mineure qui sera examinée avec soin par le jury chargé de sélectionner les dossiers à admettre en filière santé.

Projet professionnel, personnalité, dossier scolaire, motivation sont les principaux éléments à examiner avec soin avant de faire le choix du PASS ou d’une L.AS. Quelle que soit la voie sélectionnée, le niveau d’excellence requis pour poursuivre ses études dans la filière de son choix est particulièrement élevé et les étudiants ayant minutieusement construit leur parcours dès le lycée partiront avec un avantage certain.

Pour retrouver les enseignements de spécialités conseillés au lycée dans le cadre de la réforme pour une orientation vers les études de médecine vous pouvez consulter notre article.

Pour tout comprendre de la réforme des études de médecine venez nous rencontrer lors de nos réunions d’information.

Toutes les informations sur la réforme du lycée : Guide d’orientation