Stages certifiants d'initiation à l'Intelligence Artificielle

Renforcer son dossier Parcoursup et découvrir l’Intelligence Artificielle

En partenariat avec l’entreprise IBM, acteur majeur de la transformation numérique des entreprises et sous la direction de Jean-Baptiste SCHIRATTI (docteur en mathématiques, chercheur), IPESUP propose à tous les lycéens de Seconde, Première et Terminale des stages certifiants d’initiation à l’intelligence artificielle. A l’heure où les bonnes notes ne suffisent plus pour analyser un dossier dans Parcoursup, l’intérêt prouvé des jeunes pour cette dimension du monde de demain pourra constituer pour nos élèves un élément de propédeutique apprécié des recruteurs à l’entrée des formations sélectives.

Une formation valorisable sur Parcoursup

Le nombre d’écoles d’ingénieurs post-bac, de concours, d’universités (françaises ou étrangères) qui sélectionnent dorénavant sur dossier augmente chaque année. Soucieux d’offrir les meilleures chances à ses étudiants, le stage d’initiation à l’IA proposé par IPESUP donne accès à un badge (certification) délivré par IBM. Cette certification, dont l’obtention est conditionnée par la réussite d’un examen, reste valable sans limite de temps et pourra être valorisée par les étudiants dans le cadre de dossiers Parcoursup pour les admissions post-bac.

Les stages Ipesup

Les formations en ligne (gratuites ou payantes) ne sont pas adaptées à un public jeune et non spécialiste. Or, chez Ipesup nous sommes convaincus qu’il faut initier et préparer les nouvelles générations à ces technologies révolutionnaires. Le matériel pédagogique du stage d’initiation Ipesup a été élaboré par des experts qui ont pris le soin de rendre accessible des notions souvent complexes. Ipesup va plus loin en proposant également des tables rondes permettant d’échanger avec des professionnels sur des sujets tels que les enjeux éthiques de l’IA ou ses différents métiers. Enfin le stage d’initiation intègre aussi une session pratique permettant aux étudiants de se familiariser un peu plus avec l’IA tout en apprenant les rudiments de la programmation.

Le stage d’initiation à l’IA proposé par IPESUP se présente sous forme de 6 sessions de trois heures chacune réparties sur une semaine de formation (voir prochaines dates ci-dessous). La formation est organisée de la manière suivante :

Découvrir les stages

Repères pratiques
Pour qui ? Lycéens
Cours Session 1 (3h) : “Une introduction à l’IA”

  • Qu’est-ce que l’IA ?
  • Les temps forts de l’IA de 1950 à aujourd’hui
  • Exemples et applications de l’IA

Session 2 (3h) : “Apprendre aux machines à apprendre”

  • Les grands principes de l’apprentissage automatique
  • Réseaux de neurones
  • Des données au modèles : quelles étapes ?

Session 3 (3h) : “Enjeux éthiques et défis”

  • Les faiblesses de l’IA
  • Quels défis pour l’IA dans les prochaines années ?
  • Protection des données

Session 4 (3h) : “Les métiers de l’IA”

  • Tour d’horizon des métiers de l’IA
  • Formations et parcours (enseignement supérieur)
  • Enjeux socio-économiques

Session 5 (3h) : Table ronde avec plusieurs intervenants

Session 6 (3h) : “Prise en main”

  • Initiation au code
  • Code un algorithme d’IA pour reconnaître différents types d’objets
  • Mise en pratique des sessions précédentes

+ passage du badge IBM

Dates des stages Toussaint 2021 : du lundi 1er au samedi 6 novembre 2021

Noël 2021 : du dimanche 26 au vendredi 31 décembre 2021

Février 2022 au choix :

  • du lundi 14 au samedi 19 février 2022
  • du lundi 21 au samedi 26 février 2022
Modalités En présentiel au 18, rue du Cloître Notre-Dame, 75004 Paris ou au format digital à distance
Tarif 540 €

Qu’est-ce que l’Intelligence Artificielle ?

Dans les années 1950, le mathématicien anglais Alan Turing introduit le Turing Test. Il s’agit d’une méthode censée déterminer si un ordinateur est capable de “penser” comme le fait un être humain. C’est avec ses travaux qu’est née l’Intelligence Artificielle (IA). Quelques années plus tard, en 1956, Andrew W. Moore (doyen de la faculté d’informatique de l’université de Carnegie Mellon et scientifique émérite spécialisé en informatique et robotique) définit l’IA de la manière suivante : “the science and engineering of making computers behave in ways that, until recently, we thought required human intelligence” (i.e. la science et l’ingénierie permettant aux ordinateurs d’accomplir des tâches qui nécessitaient encore récemment une intelligence humaine). Aujourd’hui l’IA peut être définie comme un “ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence humaine” (Larousse, 2021). C’est un vaste sujet où interviennent mathématiques, informatique et neurosciences.

L’Intelligence Artificielle aujourd’hui

Lors d’une conférence de 2018 ayant pour objet de dessiner la stratégie du pays en matière d’intelligence artificielle, le président de la République mettait en garde contre les risques inhérents à cette révolution : « Faisons en sorte que cette utopie prométhéenne ne devienne pas une dystopie ».

Si l’intelligence artificielle procède du mythe grec, c’est parce qu’en dépassant la finitude de l’homme, elle rappelle l’entreprise de Prométhée : aider les hommes à devenir les égaux des dieux. Innovation, donc “création destructrice”, l’intelligence artificielle est tout autant porteuse de l’idéal de Thomas More qu’elle est vecteur de risques. Elle peut s’avérer une arme : arme nécessaire au service de la protection des Français comme l’a souligné la ministre des Armées dans son discours du 20 mai 2021 sur l’intelligence artificielle de défense ; mais aussi arme au service d’une contre-utopie, comme l’illustre la série à succès Black Mirror ou, plus proche de la réalité que de la fiction, le système de “crédit social” expérimenté en Chine depuis 2018.

Et pourtant, comme nous y invite le président de la République dans la suite de son intervention au Collège de France, « la conscience aiguë de ces risques ne doit pas nous conduire à refuser cette innovation ». Comment résoudre cette apparente contradiction ? Si nous voulons demeurer “les gardiens d’une conscience” (questions éthiques, protection des données, complémentarité avec l’humain), “les gardiens d’un idéal” (promesses de l’IA dans la réduction des inégalités, la transition écologique, l’indépendance stratégique) -, il ne suffit pas d’identifier les enjeux technologiques de l’IA tels que la blockchain, le langage naturel ou l’apprentissage non supervisé. Il faut en premier lieu, comme le préconise le rapport Villani de 2017 « donner un sens,expliquer ces technologies à l’opinion pour les démystifier ». La formation de talents en France à l’intelligence artificielle est un enjeu d’autant plus majeur que l’on connaît l’attraction et la fascination que les GAFAM et autres géants du numérique peuvent provoquer auprès des jeunes ingénieurs et data scientists.

Expliquer et démystifier l’intelligence artificielle auprès des lycéens, voilà justement la mission à laquelle IPESUP se propose de contribuer.

Pourquoi une formation en intelligence artificielle dès le Lycée ?

Les algorithmes d’IA font partie du quotidien : les chatbots répondent à nos questions sur des sites de e-commerce, les réseaux sociaux (Facebook, Instagram,…) et plateformes de vidéos en ligne (Youtube, Netflix…) nous recommandent du contenu susceptible de nous intéresser, des assistants vocaux (Google Home, Alexa, Siri) nous accompagnent au quotidien, certains véhicules sont désormais autonomes… Mais savons-nous vraiment comment fonctionnent ces algorithmes ? Et comment crée-t-on ces algorithmes “intelligents” ? A travers son stage d’initiation à l’IA, Ipesup répond à ces questions de manière simple et pédagogique, sans qu’aucun pré-requis scientifique ou technique ne soit nécessaire.

Avec plus de 35 masters spécialisés (en IA, en science des données,…), la France est un des pays européens dont l’offre de formation est la plus riche. Toutefois, en France la formation en IA reste trop tardive car celle-ci est proposée presque exclusivement dans l’enseignement supérieur (à partir du master pour les formations universitaires ou dans les cursus des grandes écoles d’ingénieurs). Or, le secondaire (de la Seconde à la Terminale) est une période clé au cours de laquelle de nombreux élèves vont commencer à s’intéresser au monde professionnel et prendre d’importantes décisions concernant leur orientation. Ainsi, IPESUP est désireux d’offrir à ces élèves une introduction aux enjeux socio-économiques, environnementaux de l’IA ainsi qu’à ses différents métiers. Le stage d’initiation à l’IA sensibilise aux expertises de demain et prépare aux formations spécialisées de l’enseignement supérieur.