Réforme, universités, spécialisation : tout savoir sur les études de santé

Le concours d’accès aux études de santé a été modifié par une réforme instaurée en 2020, dans le cadre du plan Ma Santé 2022 (émis en 2018). Ce plan de santé vise à diversifier les profils des soignants et à augmenter progressivement leur nombre afin d’offrir un accès facilité aux soins. À long terme, la hausse du nombre de médecins spécialisés doit en outre permettre de réduire le nombre de passages aux urgences.

 

Mais en quoi consiste la réforme ?

Adieu la PACES, on découvre depuis 2020 le PASS (Parcours d’Accès Spécifique Santé) et les L.AS (Licences à Accès Santé), deux filières d’accès aux études de santé différentes. La première est composée d’une Majeure en médecine (anatomie, chimie, santé publique…) et d’une Mineure au choix (économie, santé des populations, psychologie…). Le deuxième moyen pour accéder aux études de santé propose une Majeure au choix, qui peut ne pas être liée aux études médicales (STAPS, mathématiques, droit/économie…), à laquelle vient s’ajouter une Mineure Santé.

 

Témoignage : « J’ai choisi PASS car je souhaitais aller droit au but. »

–  Lou Claeyssen, étudiante en 2ème année de pharmacie

 

En effet, le PASS est un chemin dédié aux étudiants qui ont vocation à faire des études de médecine depuis un certain temps. Les L.AS permettent une ouverture aux étudiants encore indécis quant à leur choix d’études mais ayant un attrait pour la médecine.

 

Toutes les universités proposent-elles les mêmes programmes ?

Attention ! Toutes les facultés de médecine ne proposent pas les mêmes Majeures ou Mineures, et encore moins le même nombre de places dans chaque option ou licence.

Pour la filière PASS, toutes les universités ne proposent pas les mêmes Mineures. Il est donc recommandé d’intégrer une université proposant une Mineure ou une Majeure qui vous conviendra au mieux ! Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de Mineures que vous pouvez retrouver dans trois facultés différentes : Nancy, Sorbonne Université (ex-Paris VI) et Montpellier.

 

PASS NANCY  

  PASS SORBONNE UNIVERSITE

  PASS MONTPELLIER

Mineures  Places  Mineures   Places Mineures  Places
Maths Info 18 Santé des populations 600 Chimie 225
Économie 50 Rééducation 65 SVT 128
Sciences humaines et sociales 40 Sciences psychologiques 40 Physique chimie 56
Physique/Chimie 36 Droit 160 Humanité 15
Sciences pour la santé 18 Recherche en santé 80 Mécanique 56
Droit 50 Maths & Physique 70 Énergie électrique 113
STAPS 40 Métiers soin & social 100 Économie 90
Science de l’ingénieur 18 Économie gestion 80 Mathématiques 38

 

Témoignage : « Étant à l’Université de Lorraine, à Nancy, j’ai choisi la Mineure Sciences pour la santé car c’étaient les cours qui se rapprochaient le plus de la médecine et permettaient de rester ancrée à cette filière »

– Kléa Ost, étudiante en 2ème année de Médecine

 

Il en va de même pour la filière L.AS et ses différentes Majeures dans diverses universités.

Ci-dessous vous trouverez l’exemple de trois universités proposant des Licences à Mineure Santé : Nantes, Paris Sorbonne et l’Université de Bourgogne (à Dijon).

 

L.AS NANTES 

L.AS PARIS 

L.AS DIJON

Majeure  Places   Majeure  Places   Majeure  Places  
STAPS 120 Histoire 40 STAPS 15
SVT 18 Civilisation étrangère & langues 65 SVT 45
Chimie 36 Philosophie 15 Philosophie 30
Éco gestion 18 Sciences de la nature 100 Droit 30
Maths 18 Média audiovisuels 15 Langues 15
Science sde l’ingénieur 18 Science de l’ingénieur 10 Chimie/Maths/Physique 55
Physique 18 Psychologie 15

 

Comment se passe le concours de fin de première année ?

Après avoir validé sa Majeure et sa Mineure (validation de 60 ECTS, dont 48 ECTS de la Majeure et 12 ECTS de la Mineure), les étudiants bien classés mais ne faisant pas partie des tout meilleurs candidats directement admis en deuxième année -les Grands Admis (le nombre de Grands Admis diffère d’une université à une autre)- devront passer des épreuves orales. Les étudiants non admis à l’issue des oraux seront réorientés dans la deuxième année de la Licence correspondant à leur Mineure, ceux n’ayant pas validé leur année devant intégrer une autre première année de Licence.

Toutes les universités ne présentent pas nécessairement de PASS et le nombre de places est très variable, d’autant que l’année 2020-2021 accueillait encore les redoublants de PACES.

 

Que devient le Numerus Clausus ?

Le Numerus Clausus correspondait jusqu’en 2020 au nombre de places, décidé chaque année par le Ministère de la Santé, ouvertes pour chaque filière de santé dans chacune des universités. Ce Numerus Clausus a été remplacé au sein de la réforme par un Numerus Apertus (nombre de places minimal dans chaque filière) directement décidé par les universités elles-mêmes. Dans les faits, le nombre de places proposé en 2021 était très similaire à celui de 2020 (ci-dessous l’exemple de l’université de Tours).

Capacité étudiants Santé Numerus clausus 2021 Numerus apertus 2021
PASS, L.AS, PACES Redoublants PASS L.AS AUTRE
Médecine 300 140 106 46 8
Maïeutique 32 21 6 3 2
Odontologie 29 21 6 2 0
Pharmacie 120 67 31 17 5
Kinésithérapie 95 31 32 27 5

 

Et après ?

Premier choix à faire après la réussite au concours, et pas des moindres ! Rappelons d’abord qu’un étudiant qui a validé son année de PASS sans avoir les notes suffisantes pour intégrer les études de santé de son choix est réorienté vers la 2ème année de L.AS correspondant à sa Mineure en première année. Il peut alors retenter d’intégrer une des filières de santé à la fin de cette 2ème année de Licence, ou en fin de 3ème année (dans la limite de deux tentatives).

Les étudiants qui ont réussi à passer l’étape de l’intégration aux études de santé ont le choix parmi l’une des cinq spécialités “MMOPK” : Médecine, Maïeutique (Sage-Femme), Odontologie (Chirurgie dentaire), Pharmacie ou Kinésithérapie.

 

Médecine : tu veux faire des diagnostics, traiter des maladies, être proche des patients ? Après six premières années d’études généralistes, un nouveau concours (ECN) te permettra de choisir ton métier et la localisation de tes années d’internat (quatre ans au minimum). La médecine est un monde très large qui comprend des disciplines aussi variées que la médecine générale, la médecine de spécialité (gynécologie, gastro-entérologie, oncologie etc.) ou la chirurgie (cardiaques, d’urgence, neurologique…). Certains diront que c’est l’art de maintenir un être vivant en bonne santé !

« Médecin, c’est un métier reconnu socialement qui est dans l’intérêt général. Je me sentirais utile d’aider les autres. »

– Corentin Nommé, étudiant en 2ème année de Médecine

 

Maïeutique : tu veux accompagner des couples dans leur projet parental et les femmes dans leur suivi gynécologique afin de mettre au monde un être humain ? Profession médicale en 5 ans, engagée dans un large champ de compétences varié allant de la contraception, la sexualité, l’IVG, l’échographie, le suivi de grossesse, l’accouchement, la pédiatrie au suivi en post partum, le métier de sage-femmes est fait pour toi !

« Sage-femme est un métier qui permet d’accompagner toutes les étapes de la vie d’une femme et d’un couple, que ce soit dans la maternité ou dans le suivi gynécologique »

– Laura Rayssac, étudiante en Maïeutique

 

Odontologie : tu pourrais faire sourire à pleines dents tes patients ! Tu étudieras les dents et leur environnement (gencives, mandibules…) puis tu sera amené à voir  en consultationdes enfants comme des adultes et être au contact direct de tes patients. Ces études, d’une durée de 6 ans, peuvent être suivie d’une spécialisation, notamment en orthodontie.

« J’aurai un contact direct avec les gens et je gagnerai ma vie plus rapidement ! »

– Victoire Mautin, étudiante en Odontologie

 

Pharmacie : l’interface entre le patient et le médecin, c’est toi. Que ce soit en officine, dans des établissements de santé ou dans des laboratoires de recherche, ton rôle de conseiller est primordial et ta curiosité ta force ! Tu peux participer au développement et à la création de nouveaux médicaments, mais également intégrer une entreprise de l’industrie pharmaceutique ou des cosmétiques.

« À 9 ans je souhaitais déjà trouver un remède contre le cancer »

– Lou Claeyssen, étudiante en 2ème année de Pharmacie

 

Kinésithérapie : vrai spécialiste du mouvement et de la biomécanique, tu te plieras en quatre pour tes patients. Tu maintiendras leurs capacités fonctionnelles, parfois après un accident ou une perte de sensation d’un de leur membre. La peau, les muscles et les mouvements n’auront plus de secret pour toi. Tu veux te spécialiser ? Kinésithérapeute du sport, pédiatrique, des fonctions respiratoires sont autant de possibilités qui s’ouvrent à toi.

« J’ai voulu être kiné car j’adore le contact avec d’autres personnes et socialiser avec des patients de tous les âges, d’autant plus que l’anatomie m’intriguait beaucoup ! »

– Maud Lecullee, étudiante en Kinésithérapie

 



Tout savoir sur la préparation “Trajectoire Médecine” du Groupe Ipesup :

Trajectoire Médecine >