Avec le bac 2021, pas moins de matières évaluées mais des règles du jeu qui diffèrent. Modalités, calendrier des épreuves et coefficients, l’essentiel à savoir.

Tous les articles
Voir tous les articles

En Première et Terminale : contrôle continu et évaluations finales

Premier élément à intégrer dans la validation du bac 2021 : l’examen porte à 40 % sur le contrôle continu et à 60 % sur des épreuves finales. Cette évolution s’accompagne d’épreuves tout au long des deux années de 1re et terminale.

 

Les bulletins scolaires de Première et Terminale : 10 % de la note finale

C’est la moyenne des résultats aux différents devoirs sur table dans les enseignements suivis en Première et Terminale qui est pris en compte. Il s’agit :

  • Des 8 enseignements communs: français, philosophie, histoire-géographie, enseignement moral et civique, LV1, LV2, enseignement scientifique, éducation physique et sportive.
  • Des 3 enseignements de spécialité (les 3 de Première puis les 2 conservés en Terminale).
  • De 1 à 2 enseignements optionnels au choix: 1 suivi en classe de Première puis de Terminale + 1 suivi en classe de Terminale. Un élève qui aura suivi 2 options en 1re puis 3 en terminale devra donc choisir les enseignements comptabilisés.

Pas d’enseignement privilégié. Dans le calcul, toutes les notes ont un poids égal, quelles que soient les matières. Cette règle comprend cependant une singularité : elle concerne l’enseignement langues et cultures de l’Antiquité (LCA) latin ou grec.

Un bonus d’exception. En plus du calcul de la moyenne, les points au-dessus de 10 en latin et le grec sont affectés d’un coefficient 3. La somme de ces points est ajoutée à la somme des points obtenus par le candidat à l’examen.

Les épreuves communes continues : 30 % de la note finale

Sur le même principe d’organisation qu’un bac blanc ou qu’un devoir commun, 6 matières sont évaluées lors de 3 temps forts (2 en Première et 1 en terminale). A la différence des autres devoirs sur tables, la copie anonyme est corrigée par un autre enseignant que celui du candidat et les sujets sont composés d’exercices et d’énoncés centralisés dans une banque nationale numérique. Là encore, tous les enseignements ont le même poids dans le calcul de la moyenne.

L’enseignement de spécialité suivi uniquement pendant la classe de Première est évalué en une seule épreuve commune de contrôle continu en fin de Première.

Bien qu’évaluée tout au long de l’année de terminale, l’éducation physique et sportive est intégrée dans le calcul des épreuves communes continues (30 % de la note finale). Les évaluations, réalisées selon un calendrier arrêté par chaque lycée, sont également issues d’une banque commune.

Les épreuves finales : 60 % de la note finale

A la différence du contrôle continu, les épreuves finales de 1re et terminale sont chacune affectées de coefficients différents. Le profilage du bac, avec le grand oral adossé à 1 ou 2 enseignements de spécialité, représente près d’un tiers des coefficients de l’examen.

Source : d’après le bulletin officiel de juillet 2018

Les résultats du bac : de nouveaux calculs

Principes inchangés, le bac est obtenu à partir d’une moyenne générale de 10/20, il n’existe pas de note éliminatoire ou de note plancher et les notes se compensent entre elles.

A titre d’exemple, voici quel serait le calcul réalisé pour cet élève fictif qui a présenté l’option latin : 

Cet élève obtient une moyenne de 14,71/20

Le système actuel des mentions étant maintenu, cet élève fictif a donc obtenu son bac en juillet 2021 avec une mention bien (concerne les admis entre 14 et 16).

Une 2e chance. Et pour les moins chanceux qui n’ont pas obtenu la moyenne de 10/20 ? Un oral de rattrapage est prévu dans la foulée des résultats, à condition d’afficher une note égale ou supérieure à 8/20. Le candidat présente alors 2 épreuves orales au choix parmi les 4 enseignements qui ont fait l’objet d’une épreuve terminale écrite. Si les notes obtenues sont supérieures à celles des écrits, elles s’y substituent. Le jury recalcule alors la note globale à l’examen. CQFD.

A lire aussi : Réforme du lycée, demandez le programme


Anette Libourne – 7 mars 2019