Les principaux conseils des responsables de filières, à quelques semaines du choix des 3 vœux de spécialité pour la classe de 1re.

Tous les articles
Voir tous les articles

Depuis l’annonce de la fin des filières, du choix de trois spécialités en 1re puis deux en terminale, et la publication des premiers programmes d’enseignement, de nombreux responsables ont donné des indications sur le choix des spécialités à privilégier au lycée en fonction de la poursuite d’études visée.

Des déclarations, plus ou moins prescriptives selon les filières, souvent assorties de conseils sur l’importance de la qualité générale du dossier scolaire. En bref, miser sur les résultats, les goûts et les points forts est tout aussi important que l’élection de telle ou telle spécialité.

Pour rassurer sur l’irréversibilité de certains choix de spécialité, les représentants des grandes écoles, des écoles d’ingénieurs et des classes prépas ont signé une charte avec le ministère valorisant une approche sans « hiérarchisation et parcours imposé ».

Pour une vue d’ensemble sur les principales préconisations par filière, retrouvez un tableau de synthèse en fin d’article ; puis une sélection des liens les plus pertinents pour compléter votre information.

Je vise une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE)

Une prépa scientifique.

A l’Union des professeurs de classes préparatoires scientifiques, le message est clair. En s’appuyant sur le programme des différentes voies de prépa, Mickaël Prost, président de l’UPS, rappelle dans une interview sur un des blogs du Monde, que les bases scientifiques sont indispensables à la compréhension des futurs enseignements, insistant sur la nécessité d’opter pour trois spécialités scientifiques (consulter le tableau de synthèse).

« En 2018/2019, en MPSI, PCSI, PTSI et TSI, le programme comprend environ 10h de mathématiques, 8h de physique-chimie et de l’informatique et sciences de l’ingénieur sans prérequis. » Devenir ingénieur, bien s’orienter dans le nouveau lycée, UPS.

Au-delà des maths et de la physique-chimie, la 3e spécialité peut donc varier à condition de garder des fondements scientifiques.

Du côté de la prépa BCPST, qui mène à des écoles d’ingénieurs ou aux écoles vétérinaires, difficile de faire l’économie de la spécialité Sciences de la vie et de la Terre (SVT). Sur son blog, l’Union des professeurs scientifiques des classes prépa BCPST (UPA) cible clairement cette spécialité aux côtés des maths et de la physique-chimie, tout en indiquant une souplesse de combinaisons pour la classe de terminale.

Une prépa commerciale.

« Les grandes écoles veulent des profils diversifiés » rappelle d’emblée Alain Joyeux, président de l’Aphec (association des professeurs des classes préparatoires HEC), interrogé par l’Ipesup en janvier. A cette volonté, s’ajoute un principe qui perdure : celui « d’en faire des généralistes avec un haut niveau de maths ».

Cette volonté exige sans doute de poursuivre les mathématiques en Terminale. Et pour ceux qui ne font pas ce choix ?  Le Ministère rappelle, dans une note adressée à la presse, que l’option  Mathématiques complémentaires est destinée prioritairement aux élèves qui ne souhaitent pas poursuivre cet enseignement en terminale, mais qui ont cependant besoin de compléter leurs connaissances mathématiques par un enseignement adapté à leur poursuite d’étude dans l’enseignement supérieur. « C’est le cas en particulier pour les élèves qui se destineraient aux études médicales ou en sciences sociales ou économiques. »

« Les lycées qui offrent l’enseignement de spécialité [mathématiques] en première offriront également l’enseignement « mathématiques complémentaires » en terminale. » Ministère de l’Education nationale, note à la presse, 28 mars 2019.

« Notre conseil aux lycéens et parents qui s’interrogent en seconde cette année est de choisir une spécialité mathématiques et d’y associer celle qu’ils préfèrent, que ce soit ‘Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques’, ‘Sciences économiques et sociales’ ou même ‘Arts’ » conclut Alain Joyeux, interviewé sur un des blogs orientation du journal Le Monde.

Libre aux lycéens, d’opter pour une 3e spécialité de leur choix. Pourquoi pas une triplette Mathématiques, Humanités, littérature et philosophie (HLP) et Physique-chimie (PC) ? « Ce type de profil sera retenu » assure le président de l’Aphec, d’autant que les écoles réinjectent des humanités dans leur programme.

Des mathématiques, dès la 1re, sont donc une condition. Et pour ceux et celles qui n’ont pas choisi cette spécialité, Alain Joyeux rappelle que les classes prépa littéraires permettent aussi de rejoindre une grande école de commerce et de gestion via la banque d’épreuves littéraires (BEL).

Une prépa lettres.

Souvent plus connue sous le nom d’hypokhâgne, la première année commune aux étudiants des prépas lettres assure un enseignement généraliste. Cette particularité, en fait aujourd’hui une filière très ouverte en termes de profils d’admis, bien au-delà des « purs » littéraires. « Notre principe général est qu’aucun choix ne fermera la moindre porte, assure Stéphane Coviaux, président de l’Association des professeurs de première et lettres supérieures.  Un élève, pas encore déterminé, qui aura choisi des spécialités scientifiques aura donc toute sa place dans nos filières ».

« Du fait d’un tronc commun essentiellement tourné vers les humanités, chaque recrue arrivera en prépa avec le bagage minimal nécessaire. Dans 2 ans, nous serons donc très souples sur le profil des candidats » Stéphane Coviaux, président de l’APPLS.

« Nous garderons une grande ouverture sur le choix des spécialités suivies au lycée » confirme Florence de Castera, directrice des CPGE littéraires au lycée Blanche de Castille de Le Chesnay (78). Si certaines spécialités paraissent plus immédiates (consulter le tableau de synthèse), Florence de Castera insiste sur l’importance d’investir les enseignements par goût pour y exceller. Ceux et celles qui ont déjà un objectif clair sur l’après prépa (Celsa, écoles de commerce, IEP…) ont évidemment tout intérêt à privilégier les spécialités les plus cohérentes avec leurs projets. Il en est de même pour les options.

La spécialité Littérature, langues et cultures de l’Antiquité  (LLCA) comme l’option Langues et cultures de l’Antiquité (LCA) permettront d’accueillir des élèves avec un bon bagage en langues anciennes. Mais là encore, rien n’est discriminant. « Aujourd’hui, la plupart de nos étudiants démarre le latin ou le grec en 1re année de prépa, et arrive en deux ans au niveau exigé. Cette préparation intensive se poursuivra » confirme Stéphane Coviaux.

A la question de l’intérêt de choisir l’option Mathématiques complémentaires en terminale, Florence de Castera rappelle que les profils littéraires recrutés en écoles de commerce n’ont pas d’épreuve de mathématiques et qu’après leur intégration, les étudiants recevront une formation spécifique lors de leur parcours « Grande Ecole ». Cette option n’a donc aucun caractère obligatoire, à une nuance près : les élèves qui candidatent à une prépa B/L (lettres et sciences sociales) doivent impérativement avoir suivi la spécialité maths, au moins en 1re. « Le choix des maths en terminale dépendra du programme de l’option Mathématiques complémentaires pas encore paru » précise Stéphane Coviaux.

Je vise une école d’ingénieur post bac

La moitié des quelques 200 écoles d’ingénieurs propose une entrée dès l’après bac pour 5 ans d’études. Pour les représenter, on retrouve la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs. A la tête de la CDEFI jusqu’en mars, Marc Renner à répondu aux questions de l’Ipesup. L’occasion de rappeler l’exigence de conserver les mathématiques dans les spécialités choisies, à associer à une autre discipline scientifique appliquée.

« La physique est la discipline appliquée la plus généraliste mais Sciences de l’ingénieur (SI) ou sciences et vie de la Terre (SVT) peuvent être aussi cohérents. » Marc Renner, CDEFI.

Le 3e choix de spécialité semble plus ouvert que pour une classe préparatoire scientifique. Marc Renner évoque tout autant Sciences économiques et sociales (SES) qu’Humanités, littérature et philosophie (HLP). De quoi décliner des profils variés, chers à de nombreuses écoles d’ingénieurs.

Je vise une école de commerce post bac

Fidèles à leur approche très généraliste, les écoles de commerce post-bac ne se sont pas pour l’heure prononcées sur tel ou tel choix de spécialité. Beaucoup de ces écoles intégrant une spécialisation progressive, le parcours suivi au lycée aura donc surtout des incidences dans les enseignements éligibles par la suite. Difficile, par exemple, d’imaginer se diriger vers de la pure finance sans mathématiques !
Dans tous les cas, une bonne maîtrise de l’anglais reste essentielle pour passer la barre des sélections. A cette constante, s’ajoutent des épreuves mobilisant de la logique et de l’arithmétique mais aussi une certaine culture générale. De quoi aider chacun à se composer une triplette cohérente, en fonction de ses points forts.

Je vise un IEP

Tout comme les écoles de commerce post-BAC, les instituts d’études politiques (IEP) évitent les préconisations. Sur son site, Sciences Po Paris rappelle, qu’avant tout, ce qui compte ce sont les « résultats académiques », le « talent », et « l’envie de rejoindre Sciences Po » en insistant sur « les grandes qualités scolaires » mais aussi sur les « engagements extra-scolaires. » Plus que le choix de tel ou tel enseignement, l’excellence du dossier sera donc prépondérante.

De son côté, Sciences Po Grenoble souligne la dimension pluridisciplinaire de la formation autour de 6 axes essentiels : « droit, économie, histoire, relations internationales, science politique, sociologie ».

Interrogé par l’Etudiant, seul l’IEP de Bordeaux a distingué quelques spécialités plus « évidentes » (consulter le tableau de synthèse). Voilà qui laisse, une grande marge de choix, tout en gardant en tête l’objectif essentiel : réussir le concours d’entrée !

En bref : 3 puis 2 spécialités

Ce tableau de synthèse reprend les principales déclarations des responsables de filières suite à des interviews accordées à la presse, des propos tenus sur les sites des associations d’enseignants et de directeurs ou des suggestions recueillies par l’Ipesup. Il sera actualisé si des arbitrages se dégagent au fil des trimestres.
Il s’agit ici de pointer les profils les plus cohérents, ce qui n’exclut pas le recrutement d’autres candidats aux parcours moins ciblés. Certaines spécialités sont mentionnées avec une * : cela souligne que le choix de l’enseignement est vivement conseillé pour prétendre aux études visées.
La plupart des responsables ne se prononcent pas pour l’heure sur les 2 spécialités à conserver en terminale. Dans ce cas la colonne n’est pas informée.

Etudes visées Spécialités 1re Spécialités Terminale Options
CPGE scientifique

MPSI, PCSI, PTSI, TSI

  1. Mathématiques *
  2. Physique-chimie (PC)*
  3. Sciences de l’ingénieur (SI) ou Sciences de la vie et de la Terre (SVT) ou Numérique et science informatique (NSI)
  1. Mathématiques*
  2. Physique-chimie*
. Mathématiques expertes* (en terminale)
CPGE scientifique

BCPST

  1. Mathématiques *
  2. Physique-chimie (PC)*
  3. Sciences de la vie et de la Terre (SVT)*
1. Mathématiques + 2. Sciences de la vie et de la Terre (SVT)

ou 1. Mathématiques + 2. Physique-chimie (PC)

ou 1. Sciences de la vie et de la Terre (SVT) + 2. Physique-chimie (PC)

. Mathématiques complémentaires* (en terminale) pour la combinaison SVT + PC

. Mathématiques expertes pour les autres combinaisons (en terminale)

CPGE économique (ex-ECE, ECS**) 1. Mathématiques *

+ 2 autres spécialités parmi Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) ou Sciences économiques et sociales (SES)

ou Autres spécialités possibles

  1. Mathématiques*
  2. Autre spécialité possible
CPGE littéraire 3 puis 2 spécialités parmi

. Humanités, littérature et philosophie (HLP). Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP)

. Littérature, langues et cultures de l’Antiquité  (LLCA) ou Langues, littératures et cultures étrangères (LLCE)

. Autres spécialités possibles, y compris scientifiques.

. Spécialité Mathématiques* pour la prépa B/L

. Langues et cultures de l’Antiquité (LCA)

. Arts

. Droit et grands enjeux du monde contemporain

. Autres spécialités possibles

Ecole d’ingénieurs post-bac 1. Mathématiques *

2. Physique-chimie (PC)* ou Sciences de l’ingénieur (SI)* ou Sciences de la vie et de la Terre (SVT)* ou Numérique et science informatique (NSI)*

3. Autre spécialité possible

1. Mathématiques

2. Autre enseignement scientifique

. Mathématiques expertes* (en terminale)
IEP 3 puis 2 spécialités parmi

. Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP)

. Sciences économiques et sociales (SES) ou Humanités, littérature et philosophie (HLP)

. Langues, littératures et cultures étrangères (LLCE)

. Autres spécialités possibles

** Les acronymes des deux voies de classes préparatoires économiques et commerciales option économique (ECE) et option scientifique (ECS)  sont amenés à disparaitre au profit de deux parcours modulaires dont les contours sont en discussion.

A lire aussi :


Anette Libourne –  1er avril 2019