Pourquoi avoir choisi l’université de St. Andrews pour ta licence ?

La flexibilité du cursus était extrêmement importante pour moi (avec la différenciation entre Honours et sub-Honours, ce qui nous a permis, à mes camarades et à moi, d’essayer différentes matières avant de finalement en choisir une pour les deux dernières années d’études). Cela m’a permis de suivre deux années de modules dans une autre école, ce que j’ai beaucoup apprécié ! 

La ville est petite, mais pleine de traditions, d’événements et de gens venus du monde entier. Les gens font vraiment l’endroit, j’ai eu des conférenciers fantastiques et me suis fait de grands amis, on ne peut pas souhaiter une communauté plus accueillante. 

 

Quels ont été les aspects les plus faciles et les plus difficiles de ton installation au cours de ton premier trimestre ?

Probablement le plus dur a été de m’habituer à parler l’anglais au quotidien ! La première semaine est aussi un peu difficile car on rencontre beaucoup de gens en même temps, mais je me suis installée assez rapidement par la suite. 

L’avantage d’une petite ville, c’est qu’on se sent moins submergé par des préoccupations comme maîtriser le système de transport public, ou trouver où aura lieu son prochain cours ! Les étudiants sont tous serviables et accueillants, tout comme le personnel, ce qui aide beaucoup à se sentir plus à l’aise. 

 

Quels sont les points forts de l’éducation britannique ? Comment qualifierais-tu la qualité de l’enseignement ? Qu’as-tu le plus apprécié dans tes cours ? 

J’ai reçu une éducation écossaise et la flexibilité du programme Honours était incroyable ! Mais en général, au Royaume-Uni, j’ai adoré l’aspect « recherche » de mon cursus, je passais beaucoup de mon temps à étudier à la bibliothèque et donc mes cours, bien que moins nombreux qu’en France, étaient utilisés pour discuter et débattre de sujets en petits groupes, plutôt que d’être assis dans une immense salle de conférence et se contenter de prendre les notes d’un conférencier. La discussion y est tellement plus encouragée, tout comme le « droit à l’erreur » qui était tout nouveau pour un étudiant français comme moi !

 

As-tu adhéré à de nombreuses associations ou clubs, sportifs ou autres ?

Oui, j’ai rejoint plusieurs associations, dont beaucoup que j’appréciais tellement que je suis devenu membre de leur comité ! J’ai fait partie de la Société Française, de la Société de la Gastronomie et de la Restauration, de la Société d’Ecriture Créative, ainsi que de l’équipe d’un défilé de mode étudiant (un événement populaire à St Andrews, il y en a au moins 7 pendant l’année !)

 

Parle-nous de quelques-unes de tes traditions préférées à St Andrews

Mes traditions préférées étaient les familles universitaires, où les étudiants de Troisième année adoptent les étudiants de Première année. C’est un excellent moyen de rencontrer des étudiants d’autres années et des gens en dehors de vos groupes habituels, et c’est une telle tradition que tout le monde finit par être apparenté à un moment donné ! C’est toujours amusant de découvrir qu’une personne de votre classe est en fait votre cousin ou tante universitaire, et cela donne encore plus l’impression d’une communauté soudée à St Andrews. 

Le ‘May Dip’ est aussi l’une de mes traditions préférées, où au lever du soleil le premier mai, nous nous précipitons dans la mer du Nord pour avoir de la chance pour les examens. 

Il y a beaucoup de bals tout au long de l’année, de ceux du hall à celui de Noël, qui sont des événements à ne pas manquer !

 

pastedGraphic_1.png

 

Je crois que tu as postulé pour la bourse de recherche Laidlaw en deuxième année, peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

La bourse Laidlaw est attribuée chaque année à 25 étudiants en arts et sciences pour leur permettre de suivre deux étés d’activités de recherche et de leadership. Lorsque je l’ai fait, j’ai passé au total dix semaines à faire mes propres recherches, aidée par un superviseur et financée par le programme. Comme pour un mémoire de fin d’études, le programme Laidlaw vous permet d’étudier un sujet en dehors de votre diplôme (j’ai fait le mien en anthropologie !) mais aussi de participer à des formations et des ateliers tout en menant votre propre projet. J’en ai beaucoup appris, et j’ai même fini par présenter mes résultats lors d’une conférence de premier cycle à York !

 

Pour conclure, quels conseils donnerais-tu à un étudiant français qui aspire à étudier à St Andrews ? 

St Andrews était le meilleur choix que j’aurais pu faire pour mes études de premier cycle. C’est une communauté internationale dynamique condensée dans une petite ville, et même si vous pensez que la vie peut devenir ennuyeuse dans une petite ville côtière écossaise, vous seriez étonné du nombre d’événements qui s’y déroulent chaque semaine ! Les étudiants créent leurs propres événements et activités, ce qui fait de la ville un lieu idéal pour la créativité et pour découvrir la vie étudiante sur un campus ou dans une ville. 

Le système éducatif britannique est aussi dans l’ensemble beaucoup plus accueillant et intéressé par vous et ce que vous avez à dire que ce que mes amis en France ont vécu à l’université et je suis très heureuse d’avoir pu aller dans un endroit où j’ai reçu beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais, tant sur le plan académique que personnel.

 

Merci à toi Laura d’avoir accepté cet entretien !

 

Ipesup, en association avec notre partenaire Admission Accomplie, spécialiste de l’accompagnement des candidats aux études en pays anglophones, organise tout au long de l’année des réunions d’information vous présentant l’ensemble des parcours accessibles, les modalités d’inscription et nos solutions pour vous y préparer.

Je participe à une réunion d’information