Culture générale : Descartes et les limites de l’amour

Pour vous préparer au prochain thème de Culture générale de classe préparatoire HEC, « Aimer », Christophe Cervellon, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Philosophie et professeur de Culture générale à Ipesup, met à votre disposition son nouvel article intitulé « Descartes et les limites de l’amour ».

 

Pour le télécharger, cliquer sur l’image ci-dessous :

 

 

Extraits :

La passion

Qu’est-ce qu’une passion ? Dans la passion, il y a, comme on vient de le relever, un rapport à la nouveauté : soudain quelque chose arrive qui pouvait ne pas arriver et, en l’espèce, quelque chose est causée dans l’âme, qu’elle ne cause pas : ce qui est causé dans l’âme est causé par le corps, ou avec le corps, et il n’y aurait pas nouveauté dans l’âme, s’il n’y avait pas d’abord rapport de l’âme au corps. Le corps est ce qui agit l’âme, non pas en ce sens qu’il agit immédiatement sur l’âme, comme une boule de billard en pousse une autre, mais en ce sens que, dans la passion, l’âme et le corps “agissent l’un contre l’autre”, pour reprendre les propres mots de Descartes, et qu’ils se ressentent tous deux de cette interaction. Il n’est pas besoin d’entrer ici dans le problème de cette “union”, qu’affronte le paragraphe 34 du Traité des Passions. Comment penser l’ajustement des mouvements du corps aux mouvements de l’esprit, lors même que pour Descartes corps et esprit sont à ce point différents, qu’il ne saurait y avoir entre eux rien de commun : comment ce qui est divisible et composé le corps – pourrait-il agir sur ce qui est indivisible et simple – l’âme ? Que serait une réalité à la fois étendue et inétendue, pour mettre en rapport deux réalités inassignables ? Mais ce qu’il est important de voir, c’est que les troubles du corps ne lais- sent pas d’avoir des effets sur l’âme, et qu’en un sens les troubles du corps troublent l’âme. Le mouve- ment qui part dans la nature du corps poursuit son cours (mais aussi n’est-ce plus le même mouvement) dans l’esprit.

L’amour

Pour Descartes, l’amour, qui est l’une des six passions primitives, est :“une émotion de l’âme causée par le mouvement des esprits qui l’in- citent à se joindre de volonté aux objets qui paraissent lui être convenables”.

La générosité, la clef de toutes les vertus

La générosité est chez Descartes “la clef de toutes les vertus” (§161).  
Dans sa forme, la générosité est une passion, et comme passion, elle est une affection qui nous rapporte à nous-mêmes, et qui suppose un mouvement des esprits animaux. Plus encore, de même que la passion supposait un redoublement du rapport à soi, puisque dans la passion l’âme sent comme en elle-même, la générosité est de surcroît une passion de soi, ou une manière qu’a le sujet d’être passionné par lui-même, et plus précisément, par sa propre valeur.

 

Générosité et amour

Mais si la générosité n’est pas structurellement liée à l’amour de soi, ni même à l’amour de la générosité, cela ne veut pas dire que le généreux n’aime pas. Au contraire, le généreux aime : il s’aime, il aime la généro- sité, et il aime les autres.Et force est de demander quelle forme prendra dès lors l’amour du généreux.

Affection, amitié, dévotion

L’amitié est ainsi à la fois chez Descartes une forme concrète de l’amour (qui, en tant que tel, ne me décentre pas), et une forme idéale de relation où la générosité s’exprime (ce qui m’amène à reconnaître l’égale dignité d’autrui, et à ne pas me préférer à lui). Aussi Descartes peut-il écrire : “Quand deux hommes s’entr’ aiment, la charité veut que chacun d’eux estime son ami plus que lui- même”.  Car dans l’amitié, il ne s’agit pas simplement d’aimer l’autre, mais aussi bien de l’estimer égal à soi (et en ce sens de le reconnaître). Alors que sous le rapport de l’amour, l’amitié de l’homme d’honneur était comparable à la volonté du brutal de violer la femme aimée, et à ce point comparable que Descartes juxtaposait immédiatement ces deux exemples, dans l’amitié, l’homme généreux ne se contente pas de voir en l’autre

Christophe Cervellon Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Philosophie et professeur de Culture générale à Ipesup