Le cahier Prépasup des épreuves du Bac de Français

Deux ans après le brevet des collèges et un an avant le Baccalauréat, les Epreuves Anticipées de Français ne représentent pas seulement le point d’orgue de la classe de Première : destinées à évaluer à la fois la culture littéraire du candidat, sa capacité de réflexion, et son niveau de langue, elle sont à la fois la consécration de toute une scolarité antérieure, et un tremplin vers les études supérieures.

Grâce au travail éditorial conjoint de Caroline SIDI et Hosseïn TENGOUR, professeurs de Lettres modernes et enseignants à Ipesup et Prépasup, découvrez le Cahier Prépasup des épreuves du Bac de Français

Le Cahier Prépasup des épreuves du Bac de Français vous présente de manière claire et détaillée chacune des épreuves anticipées, tout en illustrant chacune d’elles par des plans détaillés, des extraits d’annales et de bonnes copies d’élèves ayant suivi les cours à Prépasup. Il prodiguera aux futurs candidats de nombreux conseils et d’importantes mises en garde pour qu’ils puissent, le plus tôt et le mieux possible, se préparer à cette échéance.

 

Aperçu du plan du Cahier Prépasup des épreuves du Bac de Français

  • Le programme de l’année de Première
  • Les épreuves anticipées de français
  • Méthodologie
  • Annexes méthodologiques
  • Outils de travail pour les épreuves de français

Découvrez tous nos stages de préparation au Bac de Français.

Télécharger le Cahier Prépasup >



Bac 2021 : Nouvelle édition du Guide Ipesup du lycéen

Quels enseignements de spécialité dois-je choisir en Première et en Terminale pour intégrer la filière de mon choix ?

Comment constituer le meilleur dossier dans Parcoursup correspondant à mon choix d’orientation ? Quel est le calendrier des épreuves du Bac en 2021 ?


La nouvelle version du Guide d’orientation du lycéen répond à toutes vos questions concernant la réforme du Bac, Parcoursup, et vos choix d’orientation vers les filières sélectives. Au travers de la présentation des nouveaux Lycée et Baccalauréat et des implications de cette réforme pour l’enseignement supérieur, ce livret aspire donc à fournir des clés aux parents et aux élèves pour les aider à affiner leurs choix d’orientation.
Cette nouvelle édition du Guide prend en considération les dernières évolutions des modalités de sélection proposées par les établissements d’enseignement supérieur.

Sommaire du Guide Ipesup du lycéen Bac 2021 :

Comprendre la réforme du lycée

La restructuration du secondaire
La fin du système
De nouveaux piliers d’enseignements

Un nouveau BAC
Constats et objectifs
Structure et modalités d’évaluation

S'orienter vers le supérieur

Les aptitudes à développer dès le lycée
Le choix d’une filière sélective
Les classes préparatoires
Les vertus de la prépa
Classes préparatoires aux Grandes Ecoles d’Ingénieurs
Classes préparatoire BCPST (sciences du vivant)
Classes préparatoires aux Grandes Ecoles de Commerce
Classes préparatoires littéraires

Filière Sciences Po
Sciences Po Paris
Les IEP de Province

Les parcours universitaires : Médecine
La fin de la PACES
Principaux points de la réforme

Les Ecoles post-bac
Les écoles de commerce
Les écoles d’ingénieurs

Admissions parallèles
Grandes Ecoles de Commerce
Le cas de Sciences Po : Ecole de management et de l’innovation
Les Grandes Ecoles d’Ingénieurs

Parcoursup : Réussir à intégrer la filière de son choix.

Les modalités de sélection
Motiver son projet


> Pour obtenir des réponses à toutes vos questions sur le lycée, nous vous invitons à participer à notre prochaine réunion d’information à distance :

Je m’inscris à une réunion d’information >

> Le conseil d’orientation d’Ipesup propose, tout au long de l’année, des ateliers et entretiens individuels permettant aux élèves de Seconde, Première et Terminale d’affiner leurs choix d’orientation :

Je découvre le conseil d’orientation >

> Pour suivre les actualités du Groupe Ipesup, suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Nous suivre sur les réseaux sociaux >



Le Petit Précis de la prépa HEC : nouvelle édition 2021

Grâce au travail éditorial conjoint d’IPESUP et de PRÉPASUP, découvrez Le Petit Précis de la Prépa HEC.

Le Petit Précis de la Prépa HEC : un petit livret synthétique présentant l’univers des classes préparatoires ECG, ECS et ECE avec de nombreuses analyses pertinentes. Il s’adresse où tout étudiant préparationnaire, lycéen ou parent, désireux de comprendre en profondeur la période de travail intensif de deux à trois ans qui caractérise la classe préparatoire. Voici un aperçu du plan:

  • La prépa: un rituel de passage, l’ascèse, le champ du possible
  • Le palmarès des Prépas et le calendrier des épreuves
  • Le Concours (choisir sa filière, les épreuves)
  • Préparer son concours (le lieu, les révisions…)
  • Vivre sa prépa (le rythme de travail, organiser et réussir sa prépa)
  • Le méthodologie de la prépa
  • Les matières (Maths, CG, Géopolitique, Economie)

 

Toutes nos formations pour réussir en prépa HEC

 

Le nouveau Petit Précis 2021 est disponible !

 

Retrouvez le calendrier des épreuves sur les sites de la Banque commune d’épreuves et des concours ECRICOME



Bien choisir ses enseignements de spécialité au lycée

Classes prépa, écoles post bac, Sciences Po, médecine : des responsables de filières vous délivrent leur principaux conseils pour vous aider à définir quels enseignements de spécialité choisir pour les élèves de Première et de Terminale concernés par la réforme du Bac 2021.

Lire la suite



ENA 2020 : 45 % des admis passés par IPESUP

En 2020, les excellents résultats d’IPESUP se confirment, avec plus de 40% d’admis depuis 4 années consécutives !

 

18 admis et le 1er sur liste d’attente : 45 % des admis ont suivi la Prép’ENA d’IPESUP !

Avec une rigueur métronomique depuis 4 ans consécutivement, l’IPESUP accompagne vers la réussite environ 30 admissibles au concours externe de l’ENA.

Ce sont finalement 18 admis à l’ENA qui auront suivi la préparation d’IPESUP ! Ainsi en 2020, 45 % des admis à l’ENA seront passés par les bancs d’IPESUP pour réussir leurs épreuves écrites et orales. Ces résultats très solides prolongent des admissibilités qui progressent de 20% à l’ENA, avec 37 admissibles.

IPESUP s’affirme une nouvelle fois comme une préparation d’excellence pour réussir ce concours particulièrement sélectif, et plus généralement les concours administratifs de catégorie « A+ » (ENA, EHESP, INET et Banque de France).

 

La réforme de la prep’ENA d’IPESUP : un véritable succès au service de nos étudiants

Depuis bientôt 20 ans, la Prép’ENA d’IPESUP rassemble autour d’elle des candidats brillants, une équipe d’intervenants anciens élèves de l’ENA, comptant parmi eux de nombreux majors au concours ou de leur promotion, et une direction pédagogique dévouée.

 

Des résultats encore plus remarquables pour nos élèves les plus assidus aux écrits

Il est notable que nos élèves les plus sérieux et assidus, c’est-à-dire ayant assisté à tous les galops du dernier concours blanc, ont, pour 73 % d’entre eux été admissibles à l’ENA : soit 27 sur les 37 admissibles de notre promotion 2020. Cela démontre, s’il en était encore besoin, l’utilité des cours et des galops jusqu’au « dernier jour » de la préparation.

 

Retour sur la réforme de la Prép’ENA en 2018

La réforme de notre Prép’ENA, engagée dès début 2018 par Bertrand Leonard, avait permis de poursuivre l’œuvre des fondateurs Gérard Larguier et Patrick Noël en adaptant l’enseignement et la maquette pédagogique aux nouveaux besoins des élèves. 6 items marquaient l’évolution de la Prép’ENA :

  • Une équipe pédagogique renouvelée et mixte avec 2/3 d’énarques et 1/3 d’académiques, sous la direction d’intervenants remarquables
  • La mise en place d’un système de parrainage avec un parrain élève ou ancien élève de l’ENA pour chaque étudiant
  • La mise en ligne d’une nouvelle plateforme pédagogique digitale avec des ressources pédagogiques de très haut niveau, notamment des corrigés complets et des copies authentiques (de bonnes à très bonnes)
  • Un nombre de galops proposés triplé
  • L’ouverture de deux modules, pour une meilleure répartition des galops sur l’année
  • Des corrigés rapides et efficaces des sujets, en moins d’une semaine

Sous cette impulsion décisive, les résultats record d’IPESUP de 2016 et 2017 se confirmaient à l’automne 2018 avec 30 admissibles. 17 candidats furent finalement admis fin novembre, marquant un taux de transformation record entre l’admissibilité et l’admission (56 %, au-dessus de la moyenne nationale de 42 %). En 2019, ce taux de transformation admissibles/admis est même atteint 64%.

Qu’il s’agisse des écrits comme des oraux, IPESUP s’affirme année après année comme la meilleure préparation privée au concours externe de l’école nationale d’administration.

 

Une édition 2019 particulièrement riche en contenus pédagogiques

Près de 100 heures de cours et 80 heures de corrigés ont été dispensées par nos intervenants durant l’été.

Pas moins de 19 000 pages ont été lues en l’espace de 11 semaines. Les copies corrigées ont été restituées en-deçà de 7 jours, de façon à être disponibles avant d’assister au cours du concepteur du sujet. Plusieurs rythmes de composition ont été pratiqués, galops à la suite en une semaine, ou différés sur deux semaines et demi, composés en présentiel aussi bien qu’à distance.

La Prép’ENA d’IPESUP a ainsi su maintenir excellence académique et pédagogique, tout en apportant à chaque étudiant une attention individualisée.

 

Une édition 2020 hybridée pour répondre aux conditions de la crise sanitaire : une innovation plébiscitée, logiquement reconduite en 2021

Pour la première fois de son histoire, dans ce contexte de la crise sanitaire de 2020, notre Prép’ENA a été organisée à distance, et assouplie pendant le déconfinement vers une offre mixte (simultanément en distanciel et en présentiel) :

  • Cours et corrigés retransmis à distance en vidéoconférence live, avec des professeurs ou de jeunes hauts fonctionnaires présents en zoom room tout au long de l’été
  • Chat pour favoriser l’interaction pendant le cours ou le séminaire de correction
  • Replay des Master classes et séminaires de corrections disponibles pendant une semaine
  • Galops composés à distance
  • Oraux organisés à distance
  • Accès à nos archives en ligne, soit plus de 100 sujets, 100 corrigés intégraux, 100 bonnes et/ou meilleures copies

Le numérique a été pensé comme un outil agile au service de la pédagogie et de nos étudiants.

Les avantages de notre prépa :

  • Les copies sont corrigées via une plateforme numérisée. Ainsi, les copies sont visibles avant la correction en présentiel et très souvent avant J+7
  • Une flexibilité hors-norme de l’emploi du temps
  • Une administration à votre écoute
  • Un suivi personnalisé des oraux

    RETROUVEZ NOTRE PREP’ENA > LES ACTUALITÉS ENA >



    BAC 2021 : la recherche d’un nouvel équilibre entre contrôle continu et épreuves finales

    L’une des ambitions de la réforme du Baccalauréat pleinement mise en œuvre cette année est de rééquilibrer le poids des épreuves finales (qui représentaient jusqu’ici 75% du résultat final) au profit du contrôle continu. Cette démarche vise notamment à inciter les élèves à mener un travail régulier tout au long de leurs trois années de lycée, plutôt que de “bachoter” à quelques mois des épreuves de Première et de Terminale. Cet article analyse la nouvelle organisation de l’évaluation au lycée et présente le calendrier d’examens qui rythmera désormais la vie scolaire des élèves de Première et de Terminale.

    Le Baccalauréat 2021 sera constitué de 40% de contrôle continu pour 60% d’épreuves finales.

    TOUT AU LONG DES DEUX ANNÉES

    Contrôles continus dans toutes les matières

    blank

    Le contrôle continu (40% du résultat final)

    1. Le dossier (10%)

    Tout d’abord, les bulletins de Première et Terminale représenteront 10% de la note finale du BAC 2021.

    Sera donc comptabilisée la moyenne des notes de Première et de Terminale :

    • Les 8 enseignements communs : français, philosophie, histoire-géographie, enseignement moral et civique, LV1, LV2, enseignement scientifique, éducation physique et sportive.
    • Les 3 enseignements de spécialité (les 3 de Première puis les 2 conservés en Terminale).
    • 1 à 2 enseignements optionnels au choix : 1 suivi en classe de Première puis en Terminale + 1 suivi en classe de Terminale. Un élève qui aura suivi 2 options en 1re puis 3 en terminale devra donc choisir les enseignements comptabilisés.

    Dans le calcul de cette moyenne toutes les notes bénéficient de la même pondération. Seule exception pour l’enseignement LCA pour lequel tous les points obtenus au-dessus de 10/20 constitueront un bonus pondéré d’un coefficient 3.

     

    2. Les évaluations communes – EC (30%)

    Les évaluations communes seront organisées au sein des établissements sur les mêmes principes qu’un BAC Blanc et dureront entre 1h30 et 2h. Les copies seront anonymes et corrigées par un autre enseignant que celui du candidat. Les sujets seront issus d’une banque de données nationale.

    Le calendrier se déclinerait de la façon suivante :

    • 2 séries d’EC en Première aux 2ème et 3ème trimestres portant sur l’Histoire-Géographie et les LV A et B. La série d’épreuves au 3ème trimestre de Première évaluera également l’enseignement scientifique et l’enseignement de spécialité abandonné en Terminale.
    • 1 série d’EC en Terminale au 3ème trimestre portant sur l’Histoire-Géographie, les LV A et B et l’enseignement scientifique.

    Toutes les évaluations communes sont annulées pour l’année scolaire 2020-2021. Les évaluations seront basées sur les notes des bulletins trimestriels, la répartition entre contrôle continu et épreuves terminales étant maintenue. Les matières concernées sont l’Histoire-Géographie, les Langues Vivantes, l’enseignement scientifique et l’enseignement de spécialité à valider en Première.

    À noter que l’EPS en Terminale sera évalué tout au long de l’année.

     

    Les épreuves finales (60%)

    1. L’épreuve anticipée de français

    Elle sera organisée selon des modalités similaires à celles en vigueur, c’est-à-dire une épreuve écrite et une orale en fin d’année de Première.

    L’examen écrit consistera en un exercice au choix entre un commentaire de texte ou une dissertation, noté sur 20.

    L’épreuve orale se fonde tout d’abord sur un « descriptif d’activités » remis par l’enseignant et récapitulant l’ensemble des textes étudiés au cours de l’année, donc ceux ayant fait l’objet d’une étude détaillée. Sur ce descriptif figure également l’oeuvre choisie par l’élève pour l’exposé oral.

    La première partie de l’épreuve du BAC 2021 (12 minutes) se déroule de la manière suivante :

    – Après avoir accueilli le candidat l’examinateur lui indique :

    • Le texte et le passage du texte retenu
    • La question de grammaire posée, qui ne peut concerner qu’un passage de l’extrait faisant l’objet de l’explication de texte

     

    – À l’issue du temps de préparation :

    • Le candidat propose une lecture à voix haute du texte après l’avoir situé brièvement dans l’oeuvre et le parcours associé. Cette partie est notée sur 2 points et appréciera la qualité de la lecture, sa justesse de même que la pertinence de l’expression
    • Le candidat propose une explication linéaire d’un passage d’une vingtaine de lignes, sélectionné par l’examinateur dans le texte, quand celui-ci excède cette longueur. Cette partie est notée sur 8 points
    • Le candidat répond à la question de grammaire, notée sur 2 points. La question consiste en une analyse syntaxique d’une courte phrase ou partie de phrase du texte

     

    La seconde partie de l’épreuve, notée sur 8 points et d’une durée de 8 minutes, se décompose en une présentation de l’oeuvre choisie par le candidat et un entretien avec l’examinateur. Le candidat sera jugé sur sa capacité à rendre compte de ses réflexions sur ses expériences de lecture et sera amené à justifier son choix d’oeuvre. Le candidat pourra dès lors répondre aux relances de l’examinateur en prenant appui sur sa présentation afin de défendre son point de vue.

     

    2. Les épreuves d’approfondissement disciplinaire

    Elles correspondent à l’évaluation des deux enseignements de spécialité maintenus en Terminale. L’examen aura lieu, selon les dernières publications, du 15 au 17 mars 2021 et les résultats des étudiants seront transmis via Parcoursup aux établissements d’enseignement supérieur pour être pris en compte dans leur travail de sélection des candidats.

    Durée des épreuves d’enseignements de spécialité :

    blank

     

    3. Deux épreuves en fin de Terminale

    L’épreuve écrite de Philosophie sera conservée dans sa forme initiale.

    Le Grand oral est une des grandes nouveautés de la réforme, décrit comme une « version nouvelle et plus ambitieuse du TPE ».

    Le Grand oral est adossé à l’une, au moins, des deux disciplines d’approfondissement et doit concerner une autre discipline suivie par l’élève durant son cursus (exemple : un groupe d’élèves qui a choisi les Mathématiques parmi ses disciplines d’approfondissement et qui suit par ailleurs un enseignement complémentaire d’Histoire-Géographie peut travailler sur les enjeux du codage militaire pendant la Seconde Guerre mondiale).

    Sa préparation débute dès la Première mais le sujet sera définitivement validé en Terminale. Les élèves pourront travailler seuls ou en groupe et seront accompagnés par un ou plusieurs enseignants.

    L’examen du Grand Oral, d’une durée de 20 minutes, se déclinera en un moment de présentation et d’échanges et sera présenté individuellement. Il devrait comporter 3 étapes permettant de :

    • S’engager et convaincre (5 min) : présentation initiale du candidat debout et sans notes ;
    • Dialoguer (10 min) ;
    • Revenir sur sa réflexion et exprimer une pensée en acte (5 min)

    Le but du Grand Oral est évidemment de valoriser un travail réalisé dans la durée mais surtout de mettre l’accent sur l’expression orale et ainsi préparer les étudiants aux exercices qu’ils rencontreront dans l’enseignement supérieur et le monde professionnel.

    Seules les notes de ces deux épreuves finales se déroulant en juin ne seront pas intégrées dans le dossier Parcoursup transmis aux établissements d’enseignements supérieurs à la fin de la phase principale. In fine, plus de 75% des résultats du BAC 2021 seront ainsi pris en compte dans Parcoursup.

     

    Schéma des coefficients du BAC 2021

     

    Plus d’actualités Lycée > Suivre nos actualités sur les réseaux sociaux >



    LE CALENDRIER PARCOURSUP 2021

    Parcoursup est la plateforme remplaçant APB depuis 2018. Elle met en relation plus de 15 000 formations de l’enseignement supérieur avec les élèves : seulement les établissements publics ou privés sous contrat étaient jusqu’ici concernés. Les IEP (Paris et Province) et les écoles de commerce post-bac, entre autres, ont rejoint la plateforme. Nous vous proposons de découvrir dans cet article les enjeux du calendrier Parcoursup.

    La principale nouveauté introduite par Parcoursup est la fin de la hiérarchisation des vœux (menaçant parfois le système d’engorgement) et par conséquent une plus grande liberté de choix pour les candidats qui ne se retrouvent plus affectés automatiquement dans un établissement. Les universités peuvent également prendre la liberté de classer les candidats selon des critères précis et ouvrir des listes d’attente.

     

    LES MODALITÉS DE SÉLECTION

    Les commissions de sélection disposent en moyenne d’un délai de trois semaines afin de trier l’afflux de candidatures sur la base des éléments suivants :

    1. Les notes de l’année de Première et des deux trimestres de Terminale ainsi que les résultats aux épreuves anticipées du BAC
    2. Une fiche dite Fiche Avenir remplie à l’occasion du conseil de classe du deuxième trimestre de Terminale par le lycée du candidat pour chaque vœu sur Parcoursup
    3. Une lettre de motivation, dite « projet de formation motivé », renseignée par l’élève pour chaque vœu formulé sur Parcoursup
    4. Le contenu de la rubrique « Activités et centres d’intérêts » si elle a été renseignée.

    Bien entendu, la façon d’examiner ces quatre éléments devient plus ou moins discrétionnaire et protocolaire selon les filières. Plus la sélection s’effectue sur dossier, plus les résultats scolaires seront au cœur des observations. Selon la filière visée, certaines matières auront bien entendu plus d’importance que d’autres. Sur Parcoursup, un examen attentif des onglets « Caractéristiques » et « Examen du dossier» de chaque formation souhaitée permet de cibler les enseignements priorisés.

    Enfin, la Fiche Avenir, contenant les appréciations des professeurs des Lycées, est un élément particulièrement regardé par les établissements, notamment pour départager « le milieu de classement ».

     

    MOTIVER SON PROJET

    La fin de la hiérarchisation des vœux ne dispense pas les étudiants d’une certaine stratégie de choix. Il faut bien entendu faire preuve de pragmatisme quant à la qualité de son dossier et ses ambitions.

    Nous recommanderions également aux candidats une démarche de candidature très active : se rendre aux portes ouvertes, notamment des classes préparatoires, peut véritablement constituer un plus dans la mesure où les dossiers peuvent être individuellement examinés à cette occasion.

    Enfin la lettre de motivation est bien entendu l’opportunité de défendre son profil, mettre en avant ses qualités et surtout justifier tout potentiel défaut dans une candidature. Le candidat peut y souligner ses activités extrascolaires et ses affinités personnelles qui pourraient étayer sa motivation pour telle ou telle filière. Bien que l’ensemble des lettres de motivation ne soient peut-être pas toutes lues, celles-ci peuvent constituer un élément décisif si le jury hésite entre plusieurs profils. En effet, la rédaction de la lettre témoignera tout d’abord de l’aisance à l’écrit du candidat et de son esprit de synthèse, en sus d’exposer ses qualités personnelles.

     

    LE CALENDRIER PARCOURSUP 2021

    I. 21 décembre 2020

    Ouverture de la phase d’information du site Parcoursup.fr 2021 :

      • Informations sur le fonctionnement de la procédure.
      • Mise à jour du moteur de recherche des formations disponibles en 2021. Plus de 17 000 formations sont proposées, y compris des formations en apprentissage. Pour chaque formation, une fiche de présentation détaille les enseignements proposés, les compétences et les connaissances attendues, des conseils pour les lycéens, les critères généraux d’examen des vœux, les possibilités de poursuite d’étude et les débouchés professionnels et les éventuels frais de formation…

     

    II. 20 janvier > 11 mars > 8 avril 2021 – Formulation des vœux et finalisation du dossier

    Du 20 janvier au 11 mars

    • Inscription sur Parcoursup et création du dossier candidat.
    • Formulation des vœux et lettre de motivation : jusqu’à 10 vœux (avec possibilité de sous-vœux selon les formations).
    • Jeudi 11 mars : dernier jour pour formuler ses vœux.

    Février-mars

    Chaque vœu fait l’objet d’une fiche Avenir comprenant les appréciations des professeurs et l’avis du chef d’établissement dans le cadre du 2e conseil de classe.

    Jeudi 8 avril

    Dernier jour pour finaliser son dossier avec les éléments demandés par les formations et pour confirmer chacun des vœux.

     

    III. Avril-mai 2021

    Chaque formation organise une commission pour examiner les candidatures à partir des critères généraux d’examen des vœux qu’elle a définis (disponible sur sa fiche détaillée sur Parcoursup).

     

    IV. 27 mai > 16 juillet 2021 – Réponses des formations et décision

    Jeudi 27 mai 2021

    Début de la phase d’admission principale.

    • Consultation des réponses des formations demandées (réponse oui ou oui-si) au fur et à mesure et en continu.
    • Réponse obligatoire à chaque proposition d’admission dans les délais indiqués dans le dossier.

    Mercredi 16 juin 2021

    Ouverture de la phase d’admission complémentaire.

    Du 29 juin au 1er juillet 2021

    Point d’étape : si le candidat a conservé des vœux pour lesquels il est en liste d’attente, connexion au dossier pour indiquer ceux qui l’intéressent toujours.

    Mardi 6 juillet 2021

    Résultats du baccalauréat. Après les résultats du baccalauréat, inscription administrative auprès de l’établissement choisi, selon les modalités précisées dans le dossier (si le candidat a accepté une proposition).

    Mercredi 14 juillet 2021

    Les formations envoient les dernières propositions d’admission de la phase principale.

    Vendredi 16 juillet 2021

    Fin de la phase principale du calendrier Parcoursup. Dernier jour pour accepter une proposition d’admission reçue lors de cette phase.

    Calendrier étape par étape Parcoursup 2021 - Ipesup
    Calendrier Parcoursup 2021 – Ipesup

    Actualités Ipesup Lycée > Nous suivre >



    L’enseignement de spécialité Sciences de l’ingénieur

    La réforme des programmes du lycée initiée en 2019 donne une orientation nouvelle aux sciences de l’ingénieur, en accord avec le monde actuel. Quelles sont ces évolutions et quel rôle jouent les sciences de l’ingénieur dans les choix d’options en terminale ?

     

    Article SI Lycée Ipesup

    Crédit : UPSTI

    Aujourd’hui plus que jamais notre société en pleine mutation a besoin de réponses pertinentes à ses interrogations dans un contexte de contraintes économiques et environnementales fortes. Au point de convergence des aspects scientifiques, technologiques et sociétaux du monde contemporain, l’ingénieur est un acteur incontournable pour mettre en œuvre cette mutation.

    Les sciences de l’ingénieur constituent un enseignement scientifique et transversal centré sur l’innovation technologique alliant notamment l’ingénierie mécanique, électrique, automatique et numérique avec pour objectif central de former des ingénieurs éthiques, responsables et porteurs d’innovation.

     

    Les sciences de l’ingénieur au lycée et le nouveau bac

    En classe de Seconde, deux enseignements optionnels préparent à l’enseignement de spécialité de Première et de Terminale : l’option « Création et innovation technologique » et l’option « Sciences de l’ingénieur ». Si la première est orientée vers l’innovation et la création, la seconde tendra plus vers l’analyse des choix technologiques et la démarche collective de résolution de problèmes complexes.

    Pour les deux options, l’accent est mis sur des thématiques actuelles cruciales : les territoires et les produits dits « intelligents » (la mobilité des personnes et des biens, les structures et les constructions, les objets connectés), l’humain assisté, réparé, augmenté (les produits d’assistance pour la santé et la sécurité, la compensation du handicap, l’augmentation ou le suivi des performances du corps humain).

    En classe de Première et de Terminale, on retrouve un seul enseignement de spécialité (4h hebdomadaires en Première, 6h en Terminale) : les « Sciences de l’ingénieur ». Outre les thématiques abordées en Seconde qui sont prolongées, un troisième thème intitulé : « Le design responsable et le prototypage de produits innovants » est abordé, incluant :

    • l’ingénierie design de produits innovants : les élèves sont invités à proposer des solutions nouvelles sur des problématiques simples mais aussi des évolutions de solutions techniques existantes pour prendre en compte une rupture technologique ou une évolution des attentes des clients. Cette compétence est essentiellement travaillée dans les temps consacrés aux projets d’innovation (12h en Première, 48h en Terminale) où les élèves, en équipe, doivent mettre en œuvre une ou plusieurs technologies pour répondre à un besoin et des performances clairement définis. Parmi les projets collectifs existants en Première, les élèves peuvent par exemple se voir proposer de réaliser un robot de télé-chirurgie, ou encore un engin de digi-contrôle permettant à une personne à mobilité réduite de commander des appareils à partir des mouvements de la main.

     

    • le prototypage de solutions imaginées en réalité matérielle ou virtuelle : au cours de ce projet, les élèves devront imaginer leur solution puis la réaliser soit sous forme d’une maquette numérique 3D animée et fonctionnelle, soit d’un prototype fabriqué sur des équipements type Fablab (imprimante 3D, découpe laser…) dont sont ou seront équipés les laboratoires.

     

    • les applications numériques nomades : l’accent est mis sur les problématiques liées aux technologies nomades et leurs applications. Les projets pourront donc être orientés sur des produits évoluant dans un environnement communiquant (transmissions wifi, Bluetooth…) et nomade (alimentation sur batterie, encombrement faible…).

     

    Le choix délicat des spécialités en Terminale

    Pour une poursuite d’études scientifiques, que ce soit au niveau BTS, BUT[1] ou en classe préparatoire aux Grandes Écoles (CPGE), le choix des enseignements de spécialité peut être un casse-tête à cause du passage de 3 à 2 enseignements de spécialité entre la Première et la Terminale. Heureusement, en ce qui concerne les enseignements de spécialité scientifiques, beaucoup ont des points communs et permettent au lycéen de construire un profil ouvert tout en disposant d’un bagage scientifique et technologique solide.

    Ainsi pour des études en BTS ou en BUT, le choix des spécialités reste assez naturel et les Sciences de l’ingénieur pourront être couplées avec les spécialités de Mathématiques, Physique-Chimie, ou encore Numérique et Sciences Informatiques, voire Sciences de la Vie de la Terre (SVT) pour accéder à des BTS et des BUT à orientation scientifique ou technologique comme l’automatique, la mécanique, le bâtiment et les travaux publics, le bois/céramique, les textiles,  l’électronique, l’informatique et les réseaux, etc.

    Pour une poursuite d’études en classe préparatoire scientifique, le choix est plus délicat. Il est unanimement conseillé d’opter pour les Mathématiques en Première et en Terminale à cause du niveau exigé en CPGE. Il restera donc à choisir un seul enseignement de spécialité en Terminale. Le choix peut alors s’apparenter à un renoncement dans certains cas. Un bachelier envisageant une CPGE scientifique MPSI ou PCSI pour laquelle les trois matières (avec les Mathématiques) sont de poids sensiblement équivalent et forment un ensemble cohérent pourrait hésiter entre l’enseignement de spécialité Physique-Chimie ou les Sciences de l’ingénieur. On notera que si le choix est porté sur les Sciences de l’ingénieur et les Mathématiques en Terminale, la spécialité inclut 2 heures de Physique hebdomadaires, ce qui permet de prolonger l’enseignement de Physique-Chimie de Première. L’UPSTI[2] insiste sur le fait que ce choix offre le plus gros volume horaire sur les matières scientifiques (17h par semaine avec l’option math experte).

    Le choix a néanmoins suscité beaucoup d’interrogations. Comment s’orienter vers une CPGE scientifique avec le meilleur profil pour être admis dans la formation souhaitée et réussir au mieux sa scolarité ?  La réponse est généralement donnée par les CPGE visées. En début de première année, les équipes enseignantes peuvent organiser des modules de remise à niveau en Sciences de l’ingénieur, ou en Physique-Chimie, le volume horaire étant pris sur les heures d’interrogation orale du premier semestre[3]. Le recrutement devrait donc être plus ouvert et laissera la place à un choix plus libre des enseignements de spécialité en Terminale.

    Pour certaines filières, par contre, les choix sont déterminants : pour envisager un cursus PTSI-PT en CPGE où les Sciences de l’ingénieur sont prépondérantes, il est vivement conseillé de les choisir en Première comme en Terminale, sachant que ce choix ouvre aussi aux MPSI et PCSI. En revanche la nouvelle filière MP2I[4] n’est pas compatible avec les Sciences de l’ingénieur en Terminale, il faudra alors choisir l’enseignement « Numérique et sciences informatiques ».

    Enfin, les programmes de Sciences de l’ingénieur en CPGE, même s’ils ne sont pas connus en détail à ce jour, vont également évoluer dans la continuité des programmes de Première et Terminale avec une plus grande intégration de l’informatique et de la programmation, prenant en compte l’arrivée de notions liées au big data et à l’intelligence artificielle, incontournables dans le paysage technologique d’aujourd’hui.

    Guillaume Dumont

    Agrégé de sciences de l’ingénieur

    Pour en savoir plus >     Nos actualités Lycée >


    [1] Le BUT (Bachelor Universitaire de Technologie) est un diplôme préparé en 3 ans qui remplace le DUT à partir de la rentrée 2021.

    [2] Union de Professeur de Sciences et Techniques de l’ingénieur. Voir https://www.upsti.fr/public/UPSTI/UPSTI-Choisir_la_specialite_SI.pdf

    [3] La circulaire du 10 juillet 2013 permet aux équipes éducatives d’aménager les enseignements du premier semestre de CPGE pour personnaliser les parcours des étudiants : « […]. Pour assurer cet accompagnement individualisé, les heures d’interrogations orales doivent également pouvoir être mises à profit et faire l’objet, en tant que de besoin, d’une répartition appropriée. C’est dans ces conditions que l’étudiant pourra s’engager dans un parcours de réussite et exprimer son véritable potentiel qui peut se révéler assez sensiblement différent de celui qui a été mesuré à l’issue des études secondaires. ». La circulaire est effective depuis 2013 mais rappelé par la direction générale de l’enseignement supérieur dans le cadre de la réforme du baccalauréat en 2020.  

    [4] Mathématiques, Physique, Ingénierie et Informatique. Cette nouvelle filière de CPGE sera ouverte dans une bonne part des CPGE lycées à la rentrée 2021.



    Pourquoi faire une prépa HEC ? 

    La classe préparatoire est souvent décrite comme un moment d’intense travail mais ses vertus restent parfois méconnues des lycéens. Pourquoi faire une prépa HEC ? Qu’apporte cette formation exigeante, fleuron de l’enseignement d’excellence à la française ? Quels sont ses débouchés ? Elements de réponse dans cet article.

     

    Rituel de passage

    La classe préparatoire aux Grandes Ecoles de Commerce permet chaque année à certains étudiants d’accéder aux Grandes Écoles de Commerce et de Management à l’issue d’une préparation rigoureuse et minutieuse d’épreuves écrites et orales. Cette orientation est ouverte à tous les lycéens, pourvu qu’ils soient studieux, et ne doit pas être confondue avec une voie élitiste fermée. Au contraire, la prépa aspire à mettre sur un pied d’égalité tous les élèves en les confrontant à l’épreuve impartiale du concours. Rite de passage vers la maturité intellectuelle, la prépa laisse une trace indélébile à chacun des étudiants passés par ses rangs.

    Cette expérience de deux à trois années permet au préparationnaire de se révéler : rigueur d’esprit, méthode, discipline de vie et implication sont primordiales ; des qualités prisées aussi bien par les meilleures universités ou Grandes Ecoles que par les recruteurs futurs. Loin de constituer un moment aisé de la vie estudiantine, la prépa est pourtant une période de justice et de justesse : son dénouement – le concours – reste le procédé ultime témoignant du fruit d’un travail constant et d’une motivation sans faille, ainsi que de la capacité à articuler l’ensemble des enseignements reçus au cours de ces deux années cruciales.

     

    L’ascèse

    Les classes préparatoires initient une introspection et l’établissement d’un nouveau mode d’organisation. Il s’agit pour l’étudiant de rechercher un équilibre physique et psychologique, garant d’une plus grande capacité d’absorption intellectuelle ainsi que de réflexion : celui-ci repose notamment sur une bonne coordination entre les cours magistraux, le travail personnel, ainsi qu’un temps minimal de loisirs utiles (sport, lecture, activités artistiques et culturelles…).

    Virgile Ferrer, ancien préparationnaire, livre dans un récent entretien des conseils indispensables à la réussite en classe préparatoire : « apprenez à connaître votre fonctionnement (capacités de concentration, type de mémoire, moyens de décompression…) afin de personnaliser vos méthodes de travail et de savoir quand il est judicieux de s’arrêter. Aussi, plutôt que d’ingurgiter les références par milliers en étant convaincu que ça impressionnera le correcteur, cherchez à prendre du recul sur le sujet et réfléchissez. »

    Cette réorganisation représente dès lors un passage brutal vers une ascèse de vie rigoureuse au sortir des années lycée moins exigeantes, même au sein des établissements les plus prestigieux.

    L’étudiant apprend ici à déployer des capacités de résilience durables qui seront capitales jusque dans sa vie professionnelle. Un (ancien) préparationnaire se distinguera par une organisation parfaite, une priorisation rationnelle des tâches et des objectifs, et enfin une grande persévérance même dans l’exécution de tâches laborieuses. Certains d’entre eux vous diront qu’après avoir bravé le stress d’une khôlle de mathématiques, le froid des concours blancs de novembre, des notes résumées à des chiffres plutôt que des nombres, ils peuvent tout affronter car ils sont passés par là.

    blank

    Forte interdisciplinarité

    À la résilience psychologique et physique vient s’ajouter un bagage intellectuel diversifié et unique. Les classes préparatoires visent à créer des têtes bien faites et bien pleines d’arguments et d’idées, que le préparationnaire se devra d’articuler de manière libre et cohérente afin de convaincre son correcteur. Tout étudiant doit appréhender et assimiler son environnement économique, géopolitique et culturel : le contenu magistral de la prépa offre aux élèves les clefs pour penser la conjoncture actuelle, héritage d’un corpus théorique et d’événements passés. Cette étape est une acmé intellectuelle dont la subtilité n’est souvent saisie qu’après coup, une fois le concours passé.

    L’intérêt d’une classe préparatoire économique et commerciale réside ainsi dans sa forte interdisciplinarité. Les étudiants étudieront les mathématiques, les lettres et la philosophie, l’économie ou la géopolitique, et deux langues vivantes. Cette formation, qui n’est comparable qu’à une prépa B/L dans son aspect pluridisciplinaire, permet au préparationnaire d’acquérir de solides outils d’analyse et une culture générale qui lui serviront tant dans sa vie professionnelle qu’en dehors, et une aisance dans les langues étrangères, indispensable pour travailler à l’étranger.

     

    Après la prépa, le champ des possibles

    Comme le confirme Alain Joyeux, président de l’APHEC (association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales) dans son article Pourquoi faire une classe préparatoire économique et commerciale ?, cette formation d’excellence procure aux étudiants une vélocité décisionnelle et une aptitude d’analyse structurée et argumentée, très prisées par les entreprises comme les institutions les plus prestigieuses.

    Selon les chiffres recueillis par Infoprepa, le taux net d’emploi s’élève à 87,9% pour les étudiants étant passés par une classe préparatoire économique et commerciale. Le salaire brut en 2019 pour les diplômés en 2018 s’élève à près de 36 000 euros primes exclues, toutes écoles post-prépa confondues, et augmente considérablement pour les jeunes diplômés issus des meilleures d’entre-elles. Pour ce qui est des deux premières, HEC et l’ESSEC, 98% des jeunes diplômés trouvent un emploi moins de six mois après leur sortie d’école, près de 40% d’entre-eux trouve un emploi à l’étranger, et leur rémunération brute annuelle oscille entre 55 000 et 60 000 euros. La prépa HEC apparaît ainsi comme un effort qui peut porter de beaux fruits, tant sur le plan de l’employabilité en sortie d’école que pour la formation en Grande Ecole de Commerce elle-même, qui apporte aux étudiants une riche vie de campus, des expériences associatives et en entreprise, et de multiples sources d’épanouissement intellectuel et personnel.

     

    Se préparer à la prépa

    Tout lycéen se destinant à l’intégration d’une classe préparatoire se doit de préparer ce passage vers cette branche si particulière du supérieur. Cela passe tout d’abord par la constitution d’un excellent dossier scolaire dès la Première – voire la Seconde. Le candidat devra également se consacrer à une assimilation du programme de lycée animée non seulement par la volonté d’obtenir de bonnes notes mais surtout par l’intention de n’accumuler aucune lacune en vue de cette orientation sélective.

    Pour combler le fossé qui sépare le niveau requis en classe de Terminale et celui attendu en première année de classe préparatoire, une préparation complémentaire, à côté du lycée, peut s’avérer extrêmement bénéfique pour l’élève, tant sur le plan de la motivation que de l’élévation de son niveau académique. IPESUP propose régulièrement des réunions d’information visant à conseiller les élèves de fin de première et de Terminale souhaitant s’orienter vers une classe préparatoire aux Grandes Ecoles de Commerce.

    Pour en savoir davantage sur la prépa HEC, rejoignez nos réunions d’information :

    Je m’inscris >     Suivre les actualités Ipesup sur Facebook >



    Pourquoi faire une prépa ? Épisode 1. Tout savoir sur la prépa scientifique

     

    Rituel de passage

    La prépa permet chaque année à certains étudiants d’accéder aux Grandes Écoles (de Commerce et d’Ingénieur notamment) à l’issue d’une préparation rigoureuse et minutieuse d’épreuves écrites et orales. Cette orientation est ouverte à tous les lycéens, pourvu qu’ils soient studieux, et ne doit pas être confondue avec une voie élitiste fermée. Au contraire, la prépa aspire à mettre sur un pied d’égalité tous les élèves en les confrontant à l’épreuve impartiale du concours.

    Rite de passage vers la maturité intellectuelle, la prépa laisse une trace indélébile à chacun des étudiants passés parmi ses rangs. Cette expérience révèle indubitablement vos qualités mais permet aussi de se révéler : rigueur d’esprit, méthode, discipline de vie et implication sont primordiales ; des qualités prisées aussi bien par les meilleures universités ou Grandes Ecoles que par les recruteurs futurs. Loin de constituer un moment aisé de la vie estudiantine, la prépa est pourtant une période de justice et de justesse : son dénouement – le concours – reste le procédé ultime témoignant du fruit d’un travail constant et d’une motivation sans faille, ainsi que de la capacité à articuler l’ensemble des enseignements reçus au cours de ces deux années cruciales.

     

    L’ascèse

    Les classes préparatoires initient une introspection et l’établissement d’un nouveau mode d’organisation. Il s’agit pour l’étudiant de rechercher un équilibre physique et psychologique, garant d’une plus grande capacité d’absorption intellectuelle ainsi que de réflexion : celui-ci repose notamment sur une bonne coordination entre les cours magistraux, le travail personnel, ainsi qu’un temps minimal de loisirs utiles (sport, lecture, activités artistiques et culturelles…)

    Cette réorganisation représente dès lors un passage brutal vers une ascèse de vie rigoureuse au sortir des années lycée moins exigeantes, même au sein des établissements les plus prestigieux.

    L’étudiant apprend ici à déployer des capacités de résilience durables qui seront capitales jusque dans sa vie professionnelle. Un (ancien) préparationnaire se distinguera par une organisation parfaite, une priorisation rationnelle des tâches et des objectifs, et enfin une grande persévérance même dans l’exécution de tâches laborieuses. Certains d’entre eux vous diront qu’après avoir bravé le stress d’une khôlle de mathématiques, le froid des concours blancs de novembre, des notes résumées à des chiffres plutôt que des nombres, ils peuvent tout affronter car ils sont passés par là.

     

    Le champ des possibles

    À la résilience psychologique et physique vient s’ajouter un bagage intellectuel diversifié et unique. Les classes préparatoires visent à créer des têtes bien faites et bien pleines d’arguments et d’idées, que le préparationnaire se devra d’articuler de manière libre et cohérente afin de convaincre son correcteur. Tout étudiant doit appréhender et assimiler son environnement économique, géopolitique et culturel : le contenu magistral de la prépa offre aux élèves les clefs pour penser la conjoncture actuelle, héritage d’un corpus théorique et d’événements passés. Cette étape est une acmé intellectuelle dont la subtilité n’est souvent saisie qu’après coup, une fois le concours réussi. Enfin, cette gageure procure aux étudiants une vélocité décisionnelle et une aptitude d’analyse structurée et argumentée, qui font parfois défaut à certains de leurs homologues, notamment en entreprise.

     

    Se préparer à la prépa

    Ainsi tout lycéen se destinant à l’intégration d’une classe préparatoire se doit de préparer ce passage vers cette branche si particulière du supérieur. Cela passe tout d’abord par la constitution d’un excellent dossier scolaire dès la Première – voire la Seconde. Le candidat devra également se consacrer à une assimilation du programme de lycée animée non seulement par la volonté d’obtenir de bonnes notes mais surtout par l’intention de n’accumuler aucune lacune en vue de cette orientation sélective. Nous nous attacherons donc, au cours de cette série en trois temps, à revoir les principales voies s’offrant aux étudiants et à comprendre – dans la mesure des informations dont nous disposons – quelle serait la meilleure stratégie à adopter dans la sélection des enseignements de spécialité tant pour maximiser l’attrait du dossier que pour la constitution d’un profil adéquat à chaque filière. Commençons par la préparation scientifique.

     

    Prépa scientifique avec Ipesup

     

    Les classes préparatoires aux Grandes Ecoles d’ingénieur

    Les prépas scientifiques destinent leurs étudiants à l’intégration d’une grande école d’Ingénieur, d’une École Normale Supérieure (ENS) ou d’une école vétérinaire.

    blank

    Les étudiants lauréats du baccalauréat en 2021 qui intégreront une classe préparatoire scientifique la même année seront les premiers étudiants issus de la réforme à passer le concours (en 2023). En 2021, une nouvelle filière MPI (Mathématiques, Physique et Informatique) viendra compléter les filières existantes en 1ère année. En seconde année, les étudiants pourront choisir de poursuivre dans cette filière (une filière MPI 2ème année sera ainsi créée), ou rejoindre la filière MP. Par ailleurs la filière S disparaissant, les candidats éligibles à ces classes préparatoires seront ceux ayant suivi deux enseignements de spécialité scientifiques en Terminale et très certainement l’option Mathématiques Expertes.

     

    Les prépas MP (Maths Physique), PSI (Physique Sciences de l’Ingénieur), PC (Physique Chimie), PT (Physique Technologie)

    Ces acronymes sont les descendants de la traditionnelle voie Math Sup – Math Spé : se concentrant autour des Mathématiques et de la Physique, ces différentes filières permettent aux étudiants de pondérer les différentes matières du tronc commun selon leurs affinités intellectuelles. Toutes ces différentes voies permettent d’accéder aux mêmes Grandes Écoles d’Ingénieur (l’École Polytechnique, les Écoles Centrales, les Écoles des Mines, les Arts et Métiers, l’École des Ponts etc.). Les filières MPSI et PCSI procurent par ailleurs sensiblement les mêmes chances de réussite au concours, les étudiants doivent donc véritablement s’orienter en fonction de leurs disciplines de prédilection. La filière PTSI est la moins sélective des trois filières existantes en première année. Elle débouche uniquement sur les filières PSI et PT, les candidats de filière PT ayant moins de chances statistiquement d’accéder aux « top Écoles ».

    blank
    Grille des horaires par filière – Première année
    blank
    Grille des horaires par filière – Deuxième année

     

    Dès lors, quelles options au Lycée ?

    L’orientation vers une classe préparatoire dite scientifique est donc probablement le choix laissant le moins possible la place au doute. Dans l’optique de l’intégration d’une MPSI (Mathématiques, Physique et Sciences de l’Ingénieur), PCSI (Physique, Chimie et Sciences de l’Ingénieur), ou d’une PTSI (Physique, Technologie et Sciences de l’Ingénieur), les Mathématiques demeurent bien entendu la matière incontournable qui doit être maintenue en option (Mathématiques expertes) jusqu’en Terminale.

    Pour intégrer la nouvelle filière MPI, l’Union des professeurs des classes préparatoires scientifiques recommande de choisir en Première les spécialités Mathématiques, Physique-Chimie et NSI, et de conserver en Terminale les spécialités Mathématiques et NSI. Selon nous, de bons candidats qui auraient choisi Mathématiques, Physique-Chimie et NSI en Première, mais qui auraient abandonné la NSI en Terminale au profit de la Physique-Chimie pourront aussi avoir leurs chances.

    Ces derniers ne seront sans doute pas prioritaires en MPI, néanmoins cette stratégie présente l’avantage de leur ouvrir davantage de portes. En ce qui concerne le second choix d’enseignement de spécialité de Terminale, les perspectives semblent se limiter à la Physique-Chimie, Sciences de l’Ingénieur ou Numérique et Sciences Informatiques. Néanmoins, permettons nous d’insister sur le poids de la Physique-Chimie et sur l’importance de favoriser la consolidation d’un savoir théorique en Mathématiques et en Physique jusqu’en classe de Terminale. Un étudiant optant pour Mathématiques et Sciences de l’Ingénieur en Terminale, pourra également intégrer une prépa scientifique.

    En effet, l’option SI de Terminale inclut 2 heures de physique complémentaires. Un tel choix pourrait s’avérer pertinent pour les étudiants ambitionnant de rejoindre une classe préparatoire PTSI (une filière dans laquelle les sciences industrielles sont importantes), voire une MPSI. Une trajectoire naturelle pour ce type de profil serait de poursuivre la SI à haut niveau, en prenant l’option « Sciences industrielles » de MPSI après le premier trimestre (on rappelle que les étudiants de MPSI ont le choix entre une option Info et une option SI après le premier trimestre de classe préparatoire).

    Il s’agira donc en première de se concentrer sur trois matières scientifiques, dont les mathématiques et la physique-Chimie.

     

    La prépa BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre)

    Contrairement aux prépas scientifiques citées ci-dessus, la filière BCPST ouvre – à l’issue de deux années de préparation – la voie à trois concours différents :

    •  Le concours commun « Agro-Véto » (donnant accès aux Écoles d’agronomie, d’agro-alimentaire, de chimie, à l’École Polytechnique et aux Écoles Vétérinaires).
    • Le concours des différentes ENS (Paris-Ulm, Lyon et Paris-Saclay) et des Ponts ParisTech.
    • Le concours G2E (voie d’accès aux Écoles de géologie, de l’eau et de l’environnement). Les prépas BCPST réunissent donc traditionnellement une grande variété de profils, compte tenu du large choix de débouché offert. C’est la seule classe préparatoire scientifique dont le socle d’enseignement comporte la SVT (Sciences de la Vie et de la Terre).

    Comme le montre la maquette horaires ci-dessus, la pondération des matières reste relativement équilibrée entre les sciences dures et, comme pour les autres prépas scientifiques, les sciences humaines tiennent encore un rôle mineur. Néanmoins, une priorité demeure accordée aux Mathématiques de même qu’à la Physique-Chimie. Ainsi, même si les prépas BCPST accueillent traditionnellement tous les types de profils scientifiques, il est essentiel de consolider un bon niveau en Mathématiques et en Physique-Chimie dès le Lycée.

    Il sera néanmoins difficile de faire l’économie de l’enseignement de spécialité SVT dans la nouvelle nomenclature d’enseignements, du moins en Première. Sur son blog, l’Union des professeurs scientifiques des classes prépa BCPST (UPA) cible clairement cette spécialité aux côtés des Mathématiques et de la Physique-Chimie, tout en indiquant une souplesse de combinaisons pour la classe de Terminale. En somme, la prépa BCPST demeure ouverte à tous les profils purement scientifiques : un élève ayant valorisé deux des trois matières citées ci-dessus sera normalement éligible.

    Nous pouvons supposer que les professeurs devront faire face en première année à des classes plus hétérogènes qu’auparavant et devront s’attacher à aider les élèves à rattraper leur retard en Physique-Chimie ou SVT (il est en effet peu probable que la majeure partie des élèves abandonnent les Mathématiques en Terminale).

    Le campus de l’École polytechnique

    Le campus de l’École polytechnique

    Le prochain article de la Rédaction sera consacré aux classes préparatoires aux Grandes Ecoles de Commerce.

    Pour en savoir davantage sur la prépa scientifique, rejoignez nos réunions d’information :

     Je m’inscris >      Suivre nos actualités sur Linkedin >